18/04/2017

COMME PEDRO!

Thomas Pitiot chante Vassiliu et ensoleille le Printival

PRINTIVAL-THEATRE-12-04-2017-@david-desreumaux-4645.jpg
Certains concerts on les attend plus que d’autres. Surtout quand on a longtemps et beaucoup aimé Vassiliu et que l’on apprécie Thomas Pitiot et son chemin artistique. Parfois d’une trop grande attente peut découler une déception. Ce n’était pas le cas mercredi soir.
Thomas Pitiot a démarré par Le cadeau et c’en est vraiment un qu’il nous a fait. Pitiot en grande forme et en grande formation nous a proposé un hommage joyeux et musical. Huit sur scène avec une qualité encore plus grande que la quantité, un véritable orchestre comme Vassiliu à un certain moment : section cuivre avec saxophones et trompette, batterie et percussions, guitare, basse, aux claviers le fidèle d’entre les fidèles Michel Kanuty et au chœur et au chant Florence Naprix à la belle voix et au bel habit coloré. Il dit et on ressent que Thomas Pitiot a beaucoup écouté les chansons de Pierre Vassiliu. Facile de voir des similitudes entre ces deux artistes : un lien particulier avec le Sénégal, l’Afrique et sa musique, une façon personnelle et libre de vivre le métier de chanteur, une volonté de « casser » / franchir les frontières et le goût pour les concerts ensoleillés avec grands orchestres et musiciens talentueux.
Beaucoup de facettes sont montrées : le Vassiliu tendre d’Amour amitié et de Dans ma maison d’amour, l’amoureux de l’Afrique pour Banjul, Tout Couleur, le voyageur de Roulé Boulé : » Je suis l’homme qui marche pour l’échange / Je visite les terres pour y trouver des frères », le faiseur d’un tube, Qui c’est celui là, le révolté et anti-système (pour le coup, un vrai) avec Dangereux, le comique et coquin des débuts de Ma Cousine et Mon Cousin, le festif mais lucide de La vie ça va, qui clôt le rappel.
Un spectacle créé au printemps 2015 qui aurait mérité de tourner plus même si l’époque n’est plus aux groupes importants en nombre sur scène. Un spectacle qui donne envie d’écouter à nouveau Pierre Vassiliu.
Photo David Desreumaux/hexagone.me

09:09 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2017

Dominique Talma

Dominique Talma vient de rejoindre Pierre. Continuons à parler aux anges!

4274328407.JPG

16387412_1338895059464028_7404798162435205817_n.jpg

11:45 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2016

Réédition du 1er livre écrit par Pierre

Réédition d'un livre magnifique écrit par Pierre
LA VIE À RIEN FAIRE

9782343095264r.jpg
Pierre Vassiliu
Editeur l'Harmattan - Collection Cabaret
BEAUX ARTS MUSIQUE, CHANSON TÉMOIGNAGE, AUTOBIOGRAPHIE, RÉCIT EUROPE France
Après des débuts formateurs et prometteurs, Pierre Vassiliu assure les premières parties, à l'Olympia, des Beatles, de Claude François, de Sylvie Vartan... Il a lui même mis en première partie de ses tournées des artistes tels que Julien Clerc et Véronique Sanson. Quand il quitte Paris pour la Provence, puis pour l'Afrique où, loin de des bruits de la ville, il élabore une œuvre, puis une vie, c'est pour mettre en pratique sa devise : "Faites-vous la belle vie dont vous avez envie". Cet ouvrage, édité pour la première fois en 1989, est la première autobiographie de l'auteur-compositeur-interprète. Elle reprend en grande partie l'épopée Sénégalaise de l'artiste et sa famille.
Broché - Illustré en noir et blanc
ISBN : 978-2-343-09526-4 • janvier 2017 • 280 pages

19:01 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2016

Tous à Dieppe!

clic sur photo pour infos

Sans titre-1 copier.jpg

21:04 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2016

Parler aux anges: reprise

"Parler aux anges" reprise par le groupe "Avec ou sans Michel"

(clic sur photo)

616.jpg

08:41 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Chanson | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2016

Thomas Pitiot a chanté Pedro à Paris

Super  reportage sur Thomas Pitiot chante Vassiliu

(clic sur photo)

ttp.jpg

09:35 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2016

Ce soir Carton chante Vassiliu

12540672_10208134384739389_7581972063755783197_n.jpg

19:37 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

06/01/2016

Otys veut le buzz avec Vassiliu...

Otys en studio pour une reprise de Pierre Vassiliu

(clic sur photo)

photo-test-v3-035-630x0.jpg


Le chanteur dieppois Otys a enregistré une reprise de Qui c'est celui-là ? le tube des années 70 de Pierre Vassiliu.
Otys en compagnie de Loïc à la basse. Vendredi dernier, les musiciens ont enregistré à la Maison des associations le tube de Pierre Vassiliu, Qui c'est celui-là ? -
Otys en compagnie de Loïc à la basse. Vendredi dernier, les musiciens ont enregistré à la Maison des associations le tube de Pierre Vassiliu.
Il a la bonne humeur communicative Otys. D’autant plus ce soir-là qu’il s’apprête à faire ce qu’il aime : chanter. Vendredi dernier, le Dieppois a retrouvé « ses potes musicos » : Stefano au clavier, Olivier à la batterie, Loïc à la basse et JB à la guitare. Les cinq musiciens ont investi le studio de la Maison des associations pour enregistrer Qui c’est celui-là ? le tube de Pierre Vassiliu sorti en 1973.
C’est la première fois qu’Otys fait une reprise. « J’ai remarqué que pour se faire connaître, il fallait reprendre une chanson. J’ai donc décidé de le faire moi aussi. Mais attention, sourit-il, je n’ai pas choisi cette chanson par hasard. J’adore Pierre Vassiliu et en particulier ce titre, mais il en a fait bien d’autres tout aussi sympa ».
Faire le buzz
Le chanteur a fait quelques écarts dans les paroles qu’il s’est réappropriées. « Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ? Complètement toqué, ce mec-là » est ainsi devenu « Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ? Complètement toqué, ce black-là ». « Je me suis inspiré de ma vie, de ce que je suis pour transformer les paroles » confie Otys. D’ailleurs, toutes les chansons qu’il écrit « sont du vécu » poursuit-il.
L’enregistrement fait à Dieppe la semaine dernière a été posté sur les réseaux sociaux et en particulier sur Facebook, l’objectif étant désormais pour l’interprète dieppois de faire le « buzz » auprès des Internautes et qui sait, sortir un CD.
Lien: https://www.youtube.com/watch?v=lt30d-zhYLA
Thérèse Hamel/lesinformationsdieppoises.fr

20:37 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2016

Mais pour gagner des sous...

Deux potes vont enfin gagner des sous, ensemble à nouveau...

https://www.youtube.com/watch?v=z6yeScy8glk

Pierre-Vassiliu-et-Michel-Delpech-sur-le-plateau-de-Vivement-Dimanche-en-2007.jpg

15:40 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2015

Vitor Hublot écrit Vassiliu

Mon pote Guy Clerbois, je l'ai rencontré devant un aéroport, direction Sète. A la découverte pour lui et Jacques Duvall de Pedro. Guy vient de sortir un bouquin, sous forme d'abécédaire. A la lettre V: Vassiliu.

hublot.jpg

21:13 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2015

Thomas Pitiot chante Vassiliu à Paris

Thomas Pitiot chante Vassiliu

Date exceptionnelle à noter dans vos agendas

Le 30 janvier 2016 au "divan du monde" à Paris


Voici les liens pour acheter les places:
http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Variete-et-chanson-francaises-THOMAS-PITIOT-CHANTE-VASSILIU-DI30J.htm
http://www.billetreduc.com/150450/evt.htm
http://www.spectacles.carrefour.fr/places-concerts/variet...12342376_10153437059464833_7355285586114561532_n.jpg

14:53 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2015

On a besoin de vous!

La tournée "Thomas Pitiot chante Vassiliu" réclame d'autres dates. En France, en Belgique, en Suisse,... Regardez cette vidéo (clic sur photo) et vous comprendrez qu'on peut tous s'y mettre, chacun ses relations, ses filons pour que vive ce superbe hommage à Pierre. www.thomaspitiot.net

Sans titre 1.jpg

17:26 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Chanson, Général, Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2015

Léna Vassiliu joue et chante Papa Pedro

En avant-première de Thomas Petiot le 16 juillet 2015, dans le cadre du Festival de Thau - Hommage à Pierre, sa fille cadette Léna Vassiliu au ukulélé interprète "Je cherche encore une fille qui voudrait bien de moi ce soir un quart d'heure" et "l'homme qui n'aimait rien"

clic sur photo pour voir la vidéo filmée avec un téléphone...

11057507_822618661179046_4725346360100402623_n.jpg

09:46 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2015

vidéo de l'inauguration de l'Allée Pierre Vassiliu à Mèze

clic sur photo pour voir la vidéo

11754784_10206648397876134_102089392348873232_o.jpg

18:04 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2015

Mokaiesh chante Vassiliu

Cyril Mokaiesh et Giovanni Mirabassi
Nouveau disque d'hommages aux grands nauvragés de la chanson française:

(clip "parler aux anges": clic sur photo)

1280x720-FMA.jpg
Allain Leprest, Bernard Dimey, Philippe Léotard, Pierre Vassiliu ou Mano Solo... Ils ont écrit certains des plus beaux textes de la chanson française mais sont passés à côté du très grand public. Cyril Mokaiesh rend hommage à ces "Naufragés" dans un élégant album-livre à paraître vendredi.
"Ils avaient un talent inouï mais la lumière ne les a pas forcément choyés autant qu'elle aurait dû, pour des raisons qui nous échappent", explique à l'AFP Cyril Mokaiesh, révélé en rockeur énervé en 2008 au sein du groupe portant son nom avant de se muer au fil des années en chanteur réaliste, avec des albums solo parus en 2011 puis 2014.
C'est avec un simple piano en accompagnement - celui du jazzman Giovanni Mirabassi - que le chanteur de 30 ans a choisi de revisiter des chansons d'Allain Leprest, Bernard Dimey, Philippe Léotard, Pierre Vassiliu, Daniel Darc, Mano Solo et quelques autres grands disparus.
Autant d'artistes qui sont, à ses yeux, des "naufragés, flamboyants mais naufragés quand même". A côté du disque, un livre retrace les carrières tourmentées des intéressés sous la plume du journaliste Bertrand Dicale, grand connaisseur de la chanson française.
Mokaiesh a eu l'idée de ce projet en rencontrant Mirabassi: "Je savais que je rencontrais un jazzman italien, mais j'ai découvert qu'il avait dans son téléphone plus de chansons que de jazz. Et à partir du moment où j'ai évoqué le nom d'Allain Leprest, il a souri et il m'a dit: +là, tu me prends par les sentiments...!+"
Cité en référence par certains chanteurs actuels, Allain Leprest, qui s'est suicidé en 2011, est un artiste que Cyril Mokaïesh a longuement écouté en préparant son dernier album solo. "J'aime sa poésie, son sens de la musique et des mots, son interprétation", énumère Mokaiesh, qui interprète sur son disque-hommage les chansons "Nu" et "C'est peut-être".
- Des gens 'inimitables' -
De fil en aiguille, Mokaiesh et Mirabassi ont décidé de se promener sur le versant un peu obscur et tourmenté de la chanson française et se sont intéressés à ces écorchés que sont Pierre Vassiliu (1937-2014), Bernard Dimey (1931-1981) ou Jacques Debronckart (1934-1983), lequel n'avait "rien à envier à un Brel ou à un Ferré".
Cyril Mokaiesh finira par ajouter à cette liste le nom de Mano Solo, fils du dessinateur Cabu et autre grand écorché de la chanson française qui a longtemps lutté contre le sida avant de s'éteindre en 2010 à l'âge de 46 ans. "J'avais une prudence, je me disais que quand j'entendais Mano Solo, je n'avais pas envie de l'entendre chanter par quelqu'un d'autre. Il a fallu se faire violence et prendre confiance", glisse-t-il. Il reprend sur le disque la chanson "Les enfants rouges".
"Le danger, c'est que tous ces gens-là sont inimitables", ajoute Mokaiesh au sujet de ces "naufragés", mais la tentation était trop forte de faire vivre leurs textes. "Ce n'est pas ma génération et à la fois, ça fait des années que je chante une chanson française qui se veut être à texte, avec du sens, certains disent de +premier degré+. Là, je le crie haut et fort dans ce disque: cette famille me touche", tranche celui qui fut tennisman avant d'être chanteur.
Vocalement, ces reprises lui ont en outre appris "la douceur", estime le chanteur connu pour ses envolées lyriques.
Le duo des deux "M" va défendre sur scène ce répertoire, dimanche lors de la Fête de l'Huma à la Courneuve (Seine-Saint-Denis), puis un peu partout en France avec un passage du 6 au 17 octobre à Paris pour une série de concerts dans le salon Nijinski du Théâtre du Châtelet.
Le Parisien

06:47 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2015

Concert hommage à Mèze

Concert hommage à Pierre dans le cadre du festival de Thau
Merci à Thomas Pitiot pour cet extraordinaire hommage : le son de "l'époque " , des musiciens qui savent et que ça tourne, une interprétation impec, et merci à Monique d'avoir permis cette soirée. Et Léna au hukulele en 1ere partie , bravo !!

1496460_10206649623666778_8114128048590357742_o.jpg

06:00 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Chanson, Musique, photo | Commentaires (1) |  Facebook |

16/07/2015

Inauguration ce 16 juillet 2015 à Mèze

11752003_10152886181715899_2645916145857814525_n.jpg

pierre vassiliu

20:13 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Général | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2015

Merci pour... le cadeau!

Joli cadeau pour les gens qui ont un goût exquis et aiment donc Pedro!
Pour tous ceux qui n'ont pu se procurer la publication du Francofan N°52 (http://www.francofans.fr)

Sam nous l'offre!
Nous avons eu sa permission de reproduction de la double page consacrée à Pierre Vassiliu
Merci à Sam Olivier, Céline Pibre pour les illustration, Léna Vassiliu pour la photo de son Papa.

francofans52-Vassiliu1 copier.jpg

francofans52-Vassiliu2 copier.jpg

17:53 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Général, photo, Texte | Commentaires (0) |  Facebook |

20/05/2015

Aubercail 2015: Pitiot en Vassiliu l’africain

Aubercail 2015. Pitiot en Vassiliu l’africain

Bandeau-Vassiliu.jpg


Une bio musicale de Pierre Vassiliu, ce pourrait être une pièce en trois actes, pas forcément chronologiques, mais thématiques :
- les chansons potaches-grivoises (Charlotte…), valse balloche rigolarde,
- les chansons tendres : Amour-Amitié, Léna,
- la période africaine qui mélange les trois thèmes, mais avec des rythmes afros.
C’est ce dernier volet qu’a choisi Thomas Pitiot en hommage souvenir à ce Pierrot turbulent qui a toujours fait flotter l’étendard de l’amitié sur ses tribus-phalanstères. En Provence ou au Sénégal, il ouvre ses portes à qui veut partager un moment de vie, de spectacle et de musique. Thomas Pitiot a bien fait les choses. Outre l’accueil naturel dans cet Espace Fraternité d’Aubercail, c’est un little big band qui envoie Toucouleur avec l’énergie joyeuse qu’on peut imaginer du jazz exubérant des origines à la New Orleans. Une musique débordante de joie, de rage de vivre et de rires contagieux. Thomas Pitiot partage la scène avec Marylin-Samantha, petite fleur éclatante dans les rues d’Antibes ou d’Aubervilliers, et égérie de Vassiliu-Thomas dans un bal au Sénégal.
Chansons-pamphlets, chansons-réquisitoires, chansons d’amour, chansons à danser, Thomas Pitiot et sa belle bande de musiciens s’en donnent et nous en donnent à cœur joie pour ce concert prémices du Festival Aubercail qui commence le 26 mai. Pour cinq jours de fiesta vassilienne.
Dans ce voyage coloré, les vieux de la vieille auraient aimé retrouver Léna, ou Carolina, même si elle se fait attendre à l’aéroport ; et une dose de plus de Thomas Pitiot en solo guitare pour une très jolie page d’Amour Amitié toute en finesse et sensibilité. Ce sera peut-être un autre spectacle, un autre jour. Cette création est disponible à tout programmateur avisé soucieux de faire partager un beau spectacle à sa région. Ça fait danser les jeunes, ça fait du bien aux vieux qui étaient jeunes en 1960, c’est bien pour tout le monde. Qui c’était ce mec-là ? Un mec très bien, Pierre Vassiliu, qui a rejoint son vaisseau interplanétaire. Salut les étoiles !
Norbert Gabriel

06:39 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2015

Nach chante Vassiliu

Nach reprend "qui c'est celui-là". Nach, dont le premier album est sorti le 6 avril dernier, sera en tournée au Printemps de Bourges le 27 avril prochain. Elle participera également à la "Tournée Chedid "qui se produira à l'Olympia du 20 au 24 prochain

(Clic sur photo)

nach_3_cmargaux_shore.jpg

06:50 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2015

Tournée hommage à Vassiliu

Chers amis
Je reviens vers vous en ce printemps qui ne tient pas toutes ses promesses de printemps ; alors que nous devrions être socialement débridés, battant le pavé et reprenant des chants empourprés pour faire vaciller le système, nous nous consolons en regardant le soleil poindre péniblement. Tous les ensoleillements sont bons à prendre me direz-vous très justement, et je m’en viens vous en soumettre un de choix !
Je vous invite, je vous exhorte, je vous capture, pour venir découvrir le spectacle d’hommage à Pierre Vassiliu que nous sommes en train de vous concocter.

unnamed.jpg

Dans l’indifférence quasi générale, il nous a quittés en août dernier. Il était pour moi un des chanteurs français les plus importants, en cela qu’il a été parmi les premiers à faire voyager la chanson et à rencontrer avec sincérité les musiques afro-caribéennes. Ses albums m’ont accompagné depuis l’enfance et ont dessiné chez moi des horizons sensationnels.
J’ai réuni pour l’occasion la famille musicale qui m’accompagne depuis mes débuts. Nous serons huit sur scène, autant dire un bouquet de sons et d’émotions rare en ces temps d’austérité.
Il y a tout un monde à découvrir derrière l’image rétrécie que les médias ont donné de ce petit bonhomme à moustache potache et rigolard. À mes yeux, il est avant tout un casseur de frontières, un aventurier musical et un poète de l’ailleurs.
Pour l’instant trois concerts exceptionnels sont prévus, trois rendez-vous immanquables :
- Le mardi 12 mai 2015 à 20h30 à L’Espace Fraternité à Aubervilliers (93) aux Prémices d’Aubercail
- Le samedi 20 juin 2015 à 20h30 au Festival Faîtes de la Chanson à Arras (62)
- Le jeudi 16 juillet 2015 à 20h30 au Festival de Thau à Mèze (34)
Toutes les infos sur www.thomaspitiot.net
Thomas Pitiot

04:57 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2015

Thomas Pitiot chante Pierre Vassiliu

THOMAS PITIOT chante PIERRE VASSILIU

thomaspirlot.jpg
C’est peu de dire que les chansons de Pierre Vassiliu ont accompagné Thomas Pitiot depuis toujours. Elles ont fondé une part de sa relation à la musique, au voyage et à l’ailleurs. Enfant, les premiers concerts qu’il voit de lui font naître des curiosités, et inscrivent durablement dans la mémoire de Thomas ces groupes de musiciens bigarrés, enchantés et enchanteurs.
Cette idée de rendre un hommage appuyé à Pierre Vassiliu, comme une source jaillissante et nourricière, cheminait depuis longtemps dans l’esprit de Thomas. Et comme « c’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source », il lui est apparu urgent de faire voyager les chansons de Vassiliu et de leur faire prendre le large après que ce dernier eut définitivement tiré sa révérence irrévérencieuse.
Thomas partage avec Pierre Vassiliu cette fascination pour les musiques afro-caribéennes, percevant dans les rythmes chaloupés l’occasion d’embarquer sur la pirogue et prendre au mot la chaloupe. Il y a ce lien singulier à l’Afrique, plus précisément au Sénégal, ou l’un et l’autre ont passé beaucoup de temps. Il y a aussi cette façon de vivre le métier de chanteur, en liberté, loin des injonctions des décideurs et sans céder aux modes éphémères.
Et puis ce goût pour les concerts ensoleillés, les grands orchestres avec des musiciens talentueux à l’aise dans toutes les musiques et volontaires pour franchir les frontières artificielles des styles et des époques.
C’est tout cela que Thomas Pitiot entend redonner avec ce spectacle qui tournera à partir du printemps 2015 et qui sera co-produit par le festival Aubercail à Aubervilliers (93). Il sera accompagné par 7 musiciens, pour saisir toutes les couleurs du tableau Vassiliu.
Nous vous informons que Laurence Kirsch vient de réaliser « Qui c’est celui-là », documentaire consacré à Vassiliu. Nous proposons à ceux qui voudraient approfondir cet hommage et qui disposeraient d’un lieu de projection de réfléchir à présenter successivement le film et le concert.
En espérant que, comme nous, vous aurez à coeur de rappeler la place importante de Pierre Vassiliu dans l’histoire de la chanson, et au delà de l’image du moustachu sympathique dont le répertoire est finalement assez méconnu, nous nous tenons à votre disposition pour de plus amples renseignements.
4 dates déjà programmées:
- Le 12 mai à Aubervilliers (93)
- Le 20 juin à Arras (62)
- Le 15 juillet à Blanzat (63)
- Le 16  juillet à Mèze (34)
A très bientôt!
 Aurélien Coissard
L'Océan Nomade
Tél. : 06 52 35 35 65
Courriel : ocean.nomade@gmail.com

14:43 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2015

1er février à 20h, Challes les eaux...la nuit est à Pedro!

10929147_925727434106342_4651356484480089960_n.jpg

11:41 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2015

Nouvelles d'ailleurs...

Depuis la semaine dernière, on se fend la poire!
Il y a une bande de charlots qui a débarqué...

vassiliu bleu.jpg

16:53 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2014

Remember...

La mort de Pierre Vassiliu fait ressurgir des souvenirs

1013932329.jpg
Alors que l'artiste sera inhumé aujourd'hui à Sète, ceux qui l'ont côtoyé dans ses années vauclusiennes se rappellent du personnage atypique et attachant
Depuis l'annonce de son décès et avec le déroulement de ses obsèques aujourd'hui à Sète, c'est toute une période de sa vie qui ressurgit soudainement à Apt.
Arrivé dans la ville quelque temps après les événements de 68, le chanteur y a vécu là une quinzaine d'années de sa vie, en entraînant dans son sillage des gens comme Jacques Higelin, Sapho, Alain Bashung, Jean-Louis Aubert ou Philippe Léotard. Inutile de dire que près de 40 ans plus tard, l'histoire de "ce mec-là" est encore inscrite dans les mémoires aptésiennes. Claude Agnel, ancien professeur d'Histoire retraité aujourd'hui et ancien élu de la ville d'Apt pendant une trentaine d'années, en sait quelque chose!
Dans sa DS rose
De la période du début des années 70 où il est arrivé avec sa DS rose décapotable à son départ au milieu des années 80 pour la Casamance, il n'en a pas oublié une miette. "C'était un type qui ne pouvait pas laisser indifférent, c'était un farfelu mais il était devenu avec le temps un gars du pays" Avant d'ajouter, "il était anarchisant, rigolo, épicurien, il aimait le Châteauneuf-du-Pape !".
Son arrivée dans cette ville plutôt conservatrice ne s'était pas faite pour autant sans douleur. La création de sa salle de spectacles en plein centre-ville dans une ancienne chaufferie d'une usine de fruits confits n'avait pas fait à l'époque que des heureux !
Comme le souligne Claude Agnel, l'isolation phonique n'existait pas en ce temps-là et même si Pierre Vassiliu avait quelques décennies d'avance dans la conception futuriste de sa salle de concerts baptisée "L'Usine", les riverains eux s'en souviennent encore. Dans le même esprit, l'un de ses festivals de rock, organisé sur le boulodrome de Viton, avait engendré une panne de courant sur tout un quartier de la ville et mis à mal tous les congélateurs des habitants. Mais malgré ces petits inconvénients liés à un mode de vie plus artistique que provençale, de nombreux Aptésiens en gardent encore aujourd'hui un excellent souvenir.
Apt, capitale du Rock
Selon Claude Agnel "c'est l'époque où Apt a vraiment brillé et on n'est peut-être d'ailleurs passé à côté de quelque chose puisque la ville a été pendant 10 ans la capitale du Rock français".
Aujourd'hui, il semble presque regretter de ne pas avoir accompagné davantage l'artiste dans ces années-là, mais se rassure en même temps en décrivant ce mouvement hippie comme étant "un mouvement spontané libertaire qui se nourrissait de son inorganisation mais qui le jour où on l'aurait organisé aurait été fini !"
De cette époque axée sur le plaisir et la rigolade, d'autres Aptésiens en gardent bien des souvenirs, comme Dominique Mariani-Vaux, lui aussi élu aujourd'hui mais à l'époque serveur au grand café "Grégoire", fief de la tribu hippie du chanteur. "C'étaient des gens qui étaient extrêmement gentils et respectueux et qui ont lancé la ville d'Apt " explique-t-il. De cette époque, il garde pour principal souvenir la venue au "Grégoire" de beaucoup de musiciens mais aussi d'artistes comme Julien Clerc. "La ville était flamboyante !" dit-il.
À autre temps, autres contraintes... La mise en place des normes suite notamment à l'incendie du "5-7" de Grenoble a peu à peu compliqué l'exploitation des salles de concerts et c'est finalement avec un peu d'amertume que Pierre Vassiliu a quitté le pays d'Apt au milieu des années 80 pour ouvrir un club de jazz au Sénégal.
Comme si leurs souvenirs étaient simplement en sommeil, sa disparition dimanche dernier aura en tout cas fait revivre à bon nombre d'Aptésiens près de quinze années de fêtes mémorables. L'épicurien qu'il était ne pourra que s'en enorgueillir !
La Provence

20:44 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

ça c'est partir!

Sète : les adieux "débridés et culottés" à Pierre Vassiliu

vass.jpg
Les obsèques - débridées - du chanteur Pierre Vassiliu ont été célébrées jeudi à Sète.
On a chanté, on a pleuré, on a dansé. Les obsèques de Pierre Vassiliu, décédé dimanche à l'âge de 76 ans des suites de la maladie de Parkinson, ont été célébrées jeudi au funérarium de Sète devant son dernier public : sa femme Laura, ses six enfants et beaux-enfants, sa famille, ses amis artistes, musiciens, ses copains d'ici et d'ailleurs, quelques anonymes. Tous vêtus de blanc. Au micro, ses fils et filles ont parlé de joie, de plaisir et de sourire. De souvenirs dans cette “Maison d'amour” pleine de "bons buveurs, des bons musiciens, enfin des poètes, quoi. Des gens qu´ont quelque chose à dire et qu´ont pas la grosse tête".
"Tu as mené ta vie quand tu en avais envie, en emmerdant tout le monde. Mets la zone là-haut"
On a commencé à rire et à taper dans les mains quand les enceintes ont lâché “Et ta sœur” et son chapelet d'“Amen” de non-circonstances. Dans la dérision, cet homme "qui chassait la panthère en Casamance et volait des parasols à Intermarché" était un maître. "Tu as mené ta vie quand tu en avais envie, en emmerdant tout le monde. Mets la zone là-haut", lui demanda l'un de ses fils. Sûr qu'il ne va pas se faire prier. C'est qu'il est parti là-bas bien équipé. "En tournée, le cri de ralliement, c'était “culotte”. Quand je ne partais pas avec lui, je lui donnais la mienne", raconta Laura, son épouse, sa compagne de 40 ans. En guise d'offrande, elle répéta le geste hier, invitant les femmes de l'assistance à faire de même. Elles furent plusieurs à offrir un peu de leur intimité au poète !
"Quand la vie n´est pas jojo, vaut mieux la danser"
Dès lors, les adieux à Pierre Vassiliu prirent une tournure, disons débridée. On se mit à chanter. "La vie ça va, la vie ça va, la vie ça va, oh oh". A tourner. A rire et à pleurer. "Quand la vie n´est pas jojo, vaut mieux la danser". Pendant ce temps-là, là-haut, Vassiliu devait déjà "trottiner jusqu'au premier bistrot, choper une guitare, caresser sa moustache. Et en avant la musique / cherchant encore une fille qui voudrait bien de lui ce soir, un quart d'heure." Même parti, le "noble artisan de la chanson" n'a pas fini "d'embellir nos vies."
FRANÇOIS DORÉ/Midi Libre/ photo CHRISTOPHE FORTIN

 

pierre vassiliu

 Courte vidéo des funérailles de Pierre en cliquant sur la photo ci-dessus

11:06 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

21/08/2014

Un immense petit est parti...

Pierre Vassiliu s’en va

1645445_6435729_800x400.jpg
Il était si Français, Pierre Vassiliu, avec sa petite taille et sa grosse moustache, comme Astérix.
Il était si français, avec sa naissance près de Paris, sa mère provinciale, son père médecin roumain qui aimait jouer de la musique tzigane, et son esprit qui en remontrait à Philippe Bouvard
« Vous êtes tellement petit que vous ne pouvez pas avoir de demi-frère »
Il avait commencé par travailler dans le milieu des chevaux jusqu'à ce qu'il donne des cours d'équitation à Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, qui, en retour, lui ont mis le pied à l'étrier pour cavaler dans les cabarets parisiens.
La guerre d'Algérie, que le déni nous faisait appeler « les événements », l'a consigné des mois et des mois de l'autre côté de Méditerranée. Il en a tiré des chansons comme « la femme du sergent » :
C´est la femme du sergent qui pour gagner beaucoup d´argent
Levait la jambe à tour de bras quand son mari n´était pas là
Lui dépensait sa solde à boire faut dire que c´était son métier
En 1962 son premier disque vinyle, « Armand » s’écoule à près de 150 000 exemplaires et il passe à la radio. Il a commencé dans le registre anti-militariste, vous l'aviez compris, et dans l'humour grivois. Les braves gens disent qu'après il s'est élevé dans les étages « poésie », comme si l'humour était au ras du sol. Le leur, peut-être.
Il est parti, en province, sur un continent, sur un autre. Il est revenu plusieurs fois. Il n'a pas vécu uniquement d'amour et de chansons.
Cette fois, il s'en est allé, en laissant une femme qui l'a retenu autant qu'elle a pu des mains de Parkinson, et en nous confiant pour nous consoler : des parodies des héros de mon enfance remplie de Bandes dessinées avec chateaux forts
Ivanhoé, Ivanhoé !
Ouais, ouais ! Ça vient !
Ivanhoé, Ivanhoé
Ouais !
des chansons poétiques comme « Amour amitié »
Amour amitié
Je ne sais pas si par dépit ou par pitié
Je franchirai cet océan
Qui va de l'ami à l'amant
Si elle a oublié les gestes
De cet amour raté du reste
Elle se souvient par ailleurs
Du coup de couteau dans le cœur
des chansons avec poésie et dérision comme « Dans ma maison d'amour »
Je veux qu´il y ait toujours, dans ma maison d´amour,
Des hommes cultivés qui parlent d´ésotérisme
Devant des filles bébêtes mais belles comme le jour
Qui entendent "science occulte" et comprennent "érotisme"
Quand j´aurai tant et tant, si on me laisse le temps,
Que mes copains viendront sur leur fauteuil roulant
Le comparer au mien avec un p´tit sourire
Je veux que tous ensemble nous parlions d´avenir
et un tube en 1973 « Qui c’est celui là ? ».
Qu´est-ce qu´il fait, qu´est-ce qu´il a, qui c´est celui-là ?
Complètement toqué, ce mec-là, complètement gaga
Si vous saviez comme c´est beau, d´être bien dans sa peau
C'est là que le recul des années nous le désigne comme un poète, cet être qui sait créer en maniant les mots, nous plaire, et même temps découvrir l'avenir.
Dans le message caché, on y trouve la caractéristique de la décennie '80 avec son individualisme qui allait pulvérisé les idéologies de groupe et les habitudes grégaires.
A mon sens, si la chanson a eu autant de succès, c'est plus pour son sens prémonitoire en filigrane que pour sa sympathique ritournelle.
Pierre Vassiliu s'en va, une dernière fois, sans retour.
Saltz/Agoravox

13:51 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

Retour sur le film de Laurence Kirsch

MEZE: Avant- Première au Cinéma le TAURUS A MEZE "Pierre VASSILIU"
Plein écran sur Pierre VASSILIU
Belle rencontre avec Laurence Kirsch   et  "Qui c’est celui-là"
Mardi 15 Juillet à 19 H  le public nombreux était bel et bien au rendez-vous !
Une nouvelle fois Pierre VASSILIU  faisait salle comble !

1038651_vdam20111213b02_667x333.jpg
Quelques mots furent lus au nom des intermittents du spectacle
Laurence KIRSCH a su faire parler Pierre simplement, naturellement, entouré de charmantes Dames qui l‘accompagnaient ainsi que ses jolies filles, avec lesquelles il chantonnait ses nombreux succès illustrés de flash-back, nous remontions le temps, son TEMPS d’Artiste, de Père de famille, d’homme marié, long parcours ....
Fils d’un Père Médecin, roumain, il se lança dans la chanson fantaisiste, pour l’époque ! Il  ne cherchait qu’à faire rire, c’était son but.
Les yeux pétillants de malice, Il ne manque pas d’humour, d’idées, loin de là !
Lui non plus n’a pas échappé, à ses débuts,  au Petite Conservatoire de la chanson avec Mireille, les dimanches matin de Denise GLASER, puis tour à tour fit nombreuses émissions TV avec Jacqueline HUET, Jacques MARTIN, Danièle GILBERT, plus récemment Michel DRUCKER !
Eddy Barclay, Patron des ₺Disques BARCLAY₺ s’intéressa à cet ₺original₺ aux chemises en couleur lequel nous faisait voyager au travers de son répertoire, quel auteur-compositeur !
Un  musicien hors NORME que nous avons pu apprécier au piano comme à la guitare.
Sa guitare  qu’il a vendue ou déposée dans un magasin de musique de SETE, lequel lui permet de jouer encore quelques notes…..
Comme toute personne très intelligente, souvent s'insurge mais ne ternit en rien sa bonne humeur.
Cet Auteur-Compositeur, Interprète,  de textes originaux, visionnaire, il en avait des projets !
Ce film à la fois émouvant, plein de subtilités, de gaieté,  représente une force de caractère à toute épreuve, lorsque nous entendions ses nombreux succès, discrètement nous tapions des pieds pour suivre le tempo, le public nombreux ne restait pas indifférent. Mine de rien, une personnalité ! De par sa simplicité, d’homme tranquille !
Il fit aussi du cinéma, un Artiste complet !
La fin de la diffusion de ce documentaire fut accompagnée par un long tonnerre d’applaudissements de la part du public ému.
L’équipe du Festival de THAU en compagnie de son épouse LAURA,  de l’équipe du film,  nous ont offert devant le cinéma le TAURUS le verre de l’Amitié, pour remercier spectatrices, spectateurs ravis du film,  qui nous a permis de continuer de jouer les prolongations, parler de Pierre VASSILIU.
Par Admiration, Amour, Amitié, pour ce GRAND HOMME, liste des nombreux donateurs défilait pour la réalisation de ce film-documentaire
Ne manquez pas d’aller le voir.
Salut l’Artiste !
Merci de nous avoir encore permis de partager un bon moment avec Vous !
Mez'info/MidiLibre

13:48 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

Tout un "Monde"...

Une chanson peut marquer une vie. Parce qu'on l'a dansée avec son amour d'un jour ou de toujours, ou, pour un artiste, parce qu'elle aura définitivement signé son identité. Ce fut le cas pour Pierre Vassiliu, l'interprète de Qui c'est celui-là ?, incunable de la chanson française cool, paru en 1973. A cette époque, le moustachu rigolo, anar et impertinent a déjà dix ans de carrière derrière lui. Il est auteur-compositeur, mais à cette occasion, il traduit en français un titre de Chico Buarque, Partido Alto. Le poète et chanteur brésilien avait eu maille à partir avec la censure militaire, parce qu'il se moquait des préjugés exprimés contre le Noir pauvre et paresseux, à qui il attribuait un grand talent à fuir la police en courant.

2005.jpg
Sous couvert de drôlerie, Vassiliu avait respecté la philosophie de l'original. « Qu'est-ce qu'i'fait ? Qu'est-ce qu'il a ? Qui c'est celui-là ? Complètement toqué ce mec-là ! Complètement gaga… Il a une drôle de tête ce type-là ! Qu'est-ce qu'i fait ? Qu'est-ce qu'il a ?… Ça s'passera pas comme ça. Qu'est-ce qu'i fait ?... On va pas s'laisser faire les gars. Non mais ça va pas mon p'tit gars ! On va le mettre en prison ce type-là, s'il continue comme ça… » La chanson lui allait comme un gant.
DES DÉBUTS DANS LES CABARETS PARISIENS
Facétieux, fantaisiste, défenseur des pays du Sud, de l'Afrique en particulier, Pierre Vassiliu est mort le dimanche 17 août, à Sète, des suites d'une maladie de Parkinson. Il était âgé de 76 ans. Né le 23 octobre 1937 à Villecresnes (Val-de-Marne), il avait débuté, avant de promener sa moustache en bataille, dans les cabarets parisiens, notamment à l'Ecluse et à l'Echelle de Jacob. Fils d'un médecin d'origine roumaine et d'une Tourangelle, il développe une passion précoce pour le cheval. Jockey, il court à l'hippodrome du Tremblay, et devient le professeur d'équitation de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Le duo comique lui met le pied à l'étrier (artistique).
Mais Pierre Vassiliu est bientôt expédié en Algérie, au service photographique des armées, vingt-neuf mois dans le Constantinois.
Démobilisé, il entre au Petit Conservatoire de Mireille. Il devient secrétaire d'Eddy Vartan, frère de Sylvie.
En 1962, il sort son premier album, qui inclut Armand (« C'était un pauv'gars qui s'appelait Armand, l'avait pas d'papa, l'avait pas d'maman »), un tube qui lui permet d'écumer les scènes françaises en première partie de Claude François, de Johnny Hallyday, de Sylvie Vartan, de Trini Lopez ou des Beatles. Le 45-tours comprend également un brûlot antimilitariste, J'ai l'honneur, et l'ironique La Femme du sergent, référence à l'autre guerre, celle d'Indochine. La chanson est, en plein conflit algérien, interdite sur les ondes de l'ORTF.
Suit une série de 45-tours à succès (Alice, Alain-Aline, La Famille tuyau de poêle) qui inscrivent Pierre Vassiliu dans la chanson comique grinçante, celle des Frères Jacques, de Ricet Barrier ou de Boby Lapointe.
DANS LA GRANDE VAGUE YÉYÉ
Il épouse Marie, avec qui il écrit, devient père d'une petite fille, Sophie. Les calembours et contrepèteries, la fausse candeur, plaisent. Vassiliu parvient à insérer dans la grande vague yéyé, à laquelle il appartient, des chansons de comique troupier, telle Charlotte, en 1963 (« Toc toc toc, qui qu'est là, qui qui frappe à ma porte, est-ce toi la Charlotte, est-ce toi ma bien aimée ? Oui c'est moi la Charlotte, je viens chercher ma culotte »). Il se moque aussi des idoles et du show business, écrivant avec Gérard Sire un célèbre Twist anti-yéyé.
En 1964, il signe la musique du film Une fille et des fusils, de Claude Lelouch, exercice auquel il se pliera pour une quinzaine de longs-métrages, comme La Fille d'en face, de Jean-Daniel Simon (1968), ou la série « La Duchesse d'Avila », de Philippe Ducrest (1973).
En 1970, il publie Amour, Amitié, album pop, aérien, conçu après la découverte de Crosby, Stills and Nash, empreint d'une nouvelle douceur familiale. Il s'installe à Apt, dans le Lubéron, et y crée un club de jazz, l'Usine, où les artistes sont payés en pourcentage de la recette. Bernard Lubat est de la partie, les happenings sont de règle. Venant à Paris uniquement à l'occasion de ses spectacles, Pierre Vassiliu promène ses humeurs contestataires sur la scène, parfois en compagnie de Dick Annegarn ou de Gilbert Montagné, et cultive sa passion du voyage. En 1974, l'album Attends vire à la critique sociale, exprimée sous couvert de tendresse, dont la chanson Un enfant est un exemple.
ALLERS-RETOURS AFRICAINS
En 1978, l'album Déménagement dévoile son compagnonnage amoureux avec Laura, sa revendication au droit à la paresse, et ses allers-retours africains. Ainsi, en 1984, la famille Vassiliu s'installe au Sénégal, en Casamance. C'est l'époque de l'essor de la world music, des Touré Kunda, originaires de Ziguinchor. Dans la lignée, Vassiliu publie Toucouleur en 1986, affirmation de son adhésion à une philosophie du bien-vivre africain. Il ouvre un restaurant-club à Dakar, et publie un manifeste, La Vie à ne rien faire (1989), avant de revenir en France, à Toulouse.
Depuis, il a régulièrement enregistré des albums, dont le délicieux La Vie ça va en 1993, où il évoquait la douceur africaine, mais aussi le sida, combattu par une démonstration érotique de la facilité d'usage des préservatifs (Nuits françaises), le fléau du paludisme (Nivaquine), sur fond de reggae et de kora sénégalaise. Il avait ensuite rendu hommage à Boby Lapointe, et participé en 2008 à la tournée « Age tendre et tête de bois ». Epicurien, spectateur critique du monde contemporain, Pierre Vassiliu, faux naïf et vrai musicien, avait toujours considéré le travail comme le plus sûr chemin vers la tombe. Un chanteur voyageur et populaire
Le Monde/Véronique Mortaigne

11:43 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

Ce type là était dangereux!

Dangereux Vassiliu

vassiliu pierre.jpg
Le rêve d’un temps où le fric ne ferait plus la loi
« DANGEREUX, ces gens-là sont dangereux ». Le titre de l'album de Pierre Vassiliu résume sa colère à l'égard des malades du pouvoir, des marchands d'armes, des médias qui bidouillent, des gouvernants qui leurrent les chômeurs… Il cogne sec, comme ça lui vient, et ajoute à l'adresse de l'auditeur : « C'est bien vous qui les armez, ces gens-là. » On est loin de l'image du dilettante gentiment j'm'en foutiste popularisée par les médias. Il répète, sur les antennes des télés, qu'il se considère comme communiste et que cette société ne peut plus durer. « Un paysage affreux se met en place avec des millions de chômeurs démunis, un tiers-monde affamé et des rapports humains dévastés. Cela ne peut finir que par une explosion », explique-t-il...
Salut l'artiste, merci pour toute ces chansons en particulier celle-ci, même si ce n'est pas la plus connue.
Publié par Georges Reynaud

11:39 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |