30/11/2009

Ho hisse! (Pierre Vassiliu)

Un peu coquin...mais, c'est comme ça
qu'on fait un bébé!

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Amour | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2009

Vassiliu sur scène

Pierre Vassiliu sur scène

0712194520_b668b39a-6f02-11de-9fd8-22a5bc91562f_jpg[435x-1]

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2009

Dis lui (Pierre Vassiliu)

07:30 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2009

A marée haute (la Marne)

Très belle chanson de Pierre, illustrée par un photos-clip de la Marne

07:15 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2009

Vassiliu sur scène en 2007

Extraits d'un spectacle "live" de Pierre Vassiliu au "Festival les pieds dans la vase 2007"

08:00 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2009

Pedro la malice

Photo de "Pedro la malice"

!BfRRVVgBWk~$(KGrHqEH-EUEreFmQZNRBL!mEqJnVg~~_12

07:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2009

"Ramons ramons ( Pierre Vassiliu)

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

23/11/2009

Juke-Box "spécial Vassiliu" époque 2

La suite (page 1) de la série d'articles parus dans "Juke-box Magazine" retraçant le parcours de Pierre Vassiliu dont la totalité de ce second chapitre a été posté le 19 novembre dernier sur ce blog

!cid_D7856583-14F2-44A9-AA24-DD864994EB1F

08:00 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2009

En vadrouille à Montpellier


08:30 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

21/11/2009

"Robin des bois" (extrait N°2) Disney Studio

Second extrait du dessin animé Robin des bois" (Disney Studio) dans lequel Pierre Vassiliu prête sa voix au coq ménestrel Adam de la Halle

08:16 Écrit par Saï-Saï dans films | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2009

Dessin animé 'Robin des bois" (Walt Disney Studio)

Extrait du dessin animé Robin des Bois, "Ici à Nottingham" interprété par Pierre Vassiliu qui prête sa voix au coq ménestrel Adam De La Halle

07:30 Écrit par Saï-Saï dans films | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2009

Vassiliu, de '67 à '74

Le style farceur de ses premières années, à partir de 1963 (voir post précédent du 31/10/09) a valu à Pierre Vassiliu une solide réputation d'amuseur, de personnage bon enfant. Seulement, l'homme est plus complexe qu'il n'y paraît et, en 1970, au détour d'un magnifique album pop "Amour Amitié, il accomplit avec aisance une mutation que d'aucuns lui envient. Tendre, nostalgique, profond et aérien, il fait désormais partie du paysage musical des grands solitaires
comme gérard Manset ou François Béranger.
Le ton est donné. A l'auditeur d'être à l'écoute.
Après avoir quitté Decca qui n'approuve pas les nouveaux choix artistiques de Pierre Vassiliu, celui-ci signe chez Barclay. En 1968, cette firme publie le très beau super 45 tours "Samedi matin l'empereur", avec "Mon cousin", "Papa donne-moi des coups" (avec ses neveux Agnès et Marc) et "Le soldat masqué". Le 17 janvier 1969, pour le gala annuel de SLC Braille, à la mutualité, Pierre Vassiliu est à l'affiche avec Georges Chelon, David Christie, Dani, Gilles Dreu, Michel Dylay, Florent, les Haricots Rouges, les Irrésistibles, Gilles Marschal, les Strangers et les Sunlights, le tout présenté par jean Pierre Foucault et Patrick Topalof. Le 8 mai, Pierre est à Musicolor avec France Arnell, Philippe Clay, Dani, Olivier Despax, Pierre Perret, Georgette Plana et Catherine Sauvage. Pour l'été, il poursuit, soutenu par l'orchestre de Claude Bolling, avec "On est jamais tranquille", "les gros cocos", "A nos soldats" et "Le protecteur". Le 3 juillet, il chante "A nos soldats" à Music Album avec Antoine, Frédéric Botton, Lucky Blondo, Annie Cordy, Les Charlots, Nicole Croisille, Guy Marchand, Théo Sarapo, Hervé Vilard et David Alexandre Winter. Pour la fête du 14 juillet, il reprend ce titre à "L'heure des vacances" avec Pussy cat, Maya Casabianca, Philippe Clay, Noël Cognac, Cristina, Jacqueline Danno, Virginia Vee, Hervé Vilard et Roger Whittaker. Le 21 août, Pierre Vassiliu interprète "Les gros cocos" à "Bonsoir la France" avec Bergen, Eric Charden, Les Charlots, Nicole Croisille, Patricia, Catherine Sauvage, Anne Vanderlove et les Variations. Le 6 septembre, Pierre Vassiliu offre "Le petit prince" et "Ivanhoé" à "Chansons en contrebande" avec Pierre Barouth, Brigitte Fontaine, Seroka et Stella. Le 3 octobre '69, il chante "Le petit caporal et le vieux caporal" dans "les airs du temps": "Napoléon (suite) avec Martine Baujoud, Carlos Ferrari, Guy marchand, Armand Mestrel, Jean Marie Proslier et laurent Rossi.
Puis, Pierre Vassiliu prend le maquis pour produire son oeuvre. Ce à quoi il croit fortement. Des chansons mâtinées d'esprit californien car il a découvert pour son plus grand bonheur Crosby, Stills & Nash et James taylor. A force de persévérance et de talent, Pierre va produir un petit chef d'œuvre!
Il racontera plus tard que c'est pendant des séances pirates qu'il va le peaufiner. Il est à l'affût de tout! Quand Michel Delpech a terminé plus tôt que prévu un enregistrement, il se précipite dans le studio pour gagner une demi heure, voire une heure. Il mixe à deux heures du matin, dans la clandestinité. Réalisé par Yves Roze, alias Jean-François Michael, le 18 décembre 1969 au studio Davout par René Emeline et, le 20, chez CBS par Bernard Estardy, l'album "Amour Amitié" sort en janvier 1970. C'est un disque particulièrement réussi! Aucun titre n'est faible ou moins intéressant, même si certains, comme "Amour Amitié" (parlant de Nicole Croisille?), "une fille et trois garçons" ou bien encore "On imagine le soleil" surpassent légèrement les autres. mais, écoutez bien la poèsie aérienne, la sonorité des mots, le langage poétique de "Mais toi si tu pars", "J'aime pas l'hiver" ou bien de "Poème glauque" et vous comprendrez que ce 33 tours est conçu comme une entité, aucune partie ne pouvant vraiment se détacher du tout. C'est aussi le cas pour "Bonsoir madame", "A toi Marie" et "Pourquoi?". La photo de la pochette, en noir et blanc, illustre à merveille le propos. L'amour et l'amitié sont des sentiments emprunts de gravité. Les visages du couple sont sérieux. L'écrin soyeux enveloppe une bien belle perle. Quelques personnes de renom ont aidé à produire ce bijou tels Aldo Frank, Gilbert Rovere, Tony Rallo, Philippe Dalecky, Catherine Gérard et Michel Bernholc qui va suivre quelque temps la nouvelle voie du chanteur. Des textes de qualité sur des musiques originales. Tel est le but que s'est fixé Pierre Vassiliu! La résultante en est le bon accueil que lui réserve la presse pop. Oublié, fini le bouffon! Place à un vrai artiste pour qui la Pop a véritablement une place à part dans ce monde de requins. D'ailleurs, Barclay profitera de sa renommée en 1974, durant son passage à l'Olympia pour rééditer cet opus. Sur sa lancée, Pierre assure émissions télé et concerts afin de promouvoir l'album. Entre-temps, Barclay publie un simple avec "Amour Amitié" en face A et, au verso, "Mais toi si tu pars". Durant l'été '70, il donne plusieurs galas en Corse où son répertoire séduit beaucoup.
En octobre, il enchaîne avec le 45 tours "Sois tranquille c'est facile", couplé avec "Avant, pendant, après"
cosigné avec Pierre Tisserand.
Ces deux chansons séduisent par leur simplicité et leur fraîcheur. Il est accompagné par l'orchestre de Tony Rallo qui comprend parfaitement ses attentes et produit par François Bernheim. D'autant plus que Pierre Vassiliu soigne ses mélodies. Il en résulte une force assez originale. L'année '71 se présente assez bien pour lui. Il peaufine de nouvelles compositions et, à l'été, fait la connaissance d'Eddy Mitchell avec qui il sympathise. Ils préparent même une maquette d'émission télévisée. Il faut dire que de nombreux points communs les rapprochent dont l'humour et la bonne chair... A la suite de leur rencontre, Pierre se voit confier les chœurs du prochain disque d'Eddy. Auparavant, en mai, Vassiliu sort un nouveau simple dont les deux titres accrochent fort. "En avant les petits enfants" (hymne poétique à l'enfance, l'innocence et la beauté) et "Dans ma maison d'amour", petit chef d'œuvre éthéré vantant et défendant de nouveau les rapports amicaux et amoureux. Pour vivre heureux, vivons caché. Aussi, le chanteur n'hésite pas à fermer sa maison à double tour pour éviter les vautours. "Dans ma maison d'amour" est un véritable bijou, bien arrangé par raymond Donnez. La presse Pop apprécie sa démarche, même si l'artiste dit que, s'il n'est pas encore adopté, il est du moins toléré... Grâce à ce morceau, dans lequel il met toutes ses aspirations, il conquiert un nouveau public qui attend impatiemment une suite à ce simple. Même la radio diffuse ces deux chansons à intervalles réguliers. Les tournées se suivent et se ressemblent. Il refait un Olympia dans la foulée et travaille d'arrache-pied à son prochain 45 tours publié en décembre 1941. Il couple "Comme j'en ai envie" et "Mon amour mon amour" s'inscrivant dans la suite logique du précédent. "Comme j'en ai envie" dégage des accents californiens à la manière de Crosby, Stills & Nash. Pierre Vassiliu ne s'en cache pas. Il aime le fameux trio. Mais, avant tout, il cherche un son qui lui plaise. Et, il l'a trouvé dans la musique Californienne. En tout cas, son style est gai et "Comme j'en ai envie"
résonne d'un bien-être nonchalant.
Les paroles sont à l'avenant: "Le jour de ma mort, j'aimerais bien être surpris dans le lit d'une fille comme j'en ai envie. Qu'il y ait un rayon de soleil se faufilant sous les rideaux gris. Pas de pleurs, pas de mouchoir...j'veux partir sans histoire." Pierre veut partir heureux et tranquille, choisir son type de mort, joyeuse et chantée par les cigales en plein midi. L'autre titre, "Mon amour mon amour", est délibérément une chanson d'amour dédiée à son épouse Marie. C'est un très beau morceau, délicat, intime, sensible et pudique dont il est accoutumé depuis sa seconde carrière. Pour se faire, il sait mêler et s'emmêler les mots: "J'en connais qui vont rire quand je dis que l'amour on en meure. Mais de tous ces mots-là, les couples d'aujourd'hui en ont peur. Une femme de coeur quand on l'aime de près je vous jure qu'elle en pleure. Que les chiens de fusil arrêtent d'aboyer. C'est d'un éclat d'amour que je veux vous blesser." Le chanteur a évolué. Il est accompagné dorénavant par un groupe qui comprend au hasard des séances d'enregistrement des musiciens fort talentueux. parmi ceux-ci: Pierrot Fanen, Claude Engel, Alan Reeves, Alain Legovic (Alain Chanfort), Donald Rieubon (ex "Problèmes"), Bernard Lubat et Anne Vassiliu. Que du beau monde! Pierre l'a dit un jour, il n'est pas un militant, encore moins un guérilléro. Ses thèmes ne sont jamais politiques. Il s'est construit, au fil des années, une vie agréable pour sa famille, sa femme et ses enfants. Il ne vit que pour s'éclater avec ses potes musiciens. faire la fête, prendre du bon temps. Et, il a réussi à faire passer le message à travers ses chansons. Ce qui n'est déjà pas si mal. 1972 est l'année de la consécration. Il regorge de projets et déborde d'enthousiasme. Le 12 février, il participe à "Jeunes vagues", une émission TV avec Zoo, Joël Daydé et Daniel Guichard. Le 14, il se produit à l'Olympia dans le spectacle de Robert Charlebois. Il y interprète, entre-autres, les succès de son dernier simple ainsi que "En avant les petits enfants", "Dans ma maison d'amour" et "Amour amitié". Il dit, peu après que, pour son métier, il est prêt à quelques concessions mais pas dans les divertissements télévisuels de Raymond Marcillac ou Guy Lux. Pierre écrit aussi avec Eddy Mitchell "Entre Max et Mao" qui est écarté de l'album "Zi-Zag" et repris, en 1979, sur la compilation "Eddy Mitchell Story 1972-1974", puis, dans son intégrale CD.
Mais avant tout, Pierre Vassiliu a d'autres idées en tête dont une qui lui tient particulièrement à cœur: déménager! Il ne supporte plus la vie parisienne avec son air pollué et ses encombrements perpétuels. Il opte pour le sud de la France. En mars, il emménage dans le Vaucluse, près d'Apt, dans une belle maison de deux étages d'où il peut voir le mont Ventoux. Dans le terrain, il réserve même un petit cabanon à ses chers amis. Il va jusqu'au bout de ses rêves! Essayer de vivre autrement. Loin de la ville, du bruit, de la fureur et de l'indifférence. Ce qui ne l'empêche pas de monter à Paris pour les concerts et les télés. Début avril '72, il se produit à nouveau à l'Olympia. A cette occasion, lors d'une interview à Pop Music Superhebdo, il déclare à propos de son style: "Ce que je chante et ce que je joue, c'est de la Pop, mais, avec un peu moins de bruit que les autres...Cependant, je ne suis pas d'accord sur la signification que l'on donne au terme de Pop Music. C'est plus que de la musique populaire!" Avis aux amateurs. Le ton est donné et le tour est joué! C'est un beau succès. Le 8 avril, il est de retour dans le programme TV "jeunes vagues" avec Zoo, Christopher Laird, Léonie, Claude Dubois, Yvan Dautin et herbert Léonard. Durant l'été, à partir du 16 juillet, il est sur les routes de France avec Julien Clerc et Véronique Samson. Tous les trois s'entendent à merveille. Cette tournée est souvent couronnée d'éclats de rire. Pendant une quarantaine de jours l'entente règne au sein du trio. Le public leur fait chaque soir un triomphe. Pierre Vassiliu ne chôme pas! Il a préparé plusieurs chansons depuis quelques mois. Et, à la rentrée, du 19 au 21 octobre, il s'enferme avec ses amis au château d'herouville pour enregistrer avec Andy Scott ce qui va devenir une merveille incontournable de la chanson Pop française, l'album "Attends". Pierre Vassiliu succède lui-même à François Bernheim à la direction artistique. Le 30 cm est truffé de bons morceaux comme "Mes six copains", " Pauvre flic", "Je lui téléphone" ou "laisse-moi parler". Le disque culmine avec le morceau "Un enfant", chef d'œuvre réaliste et message d'amour d'une intensité rare. Cette composition émouvante côtoie avec bonheur des titres plus légers comme "Attends" (écoute toute la musique) et "Elle m'a laissé l'hiver" (La saison que je préfère).
Toutes ces chansons parlent d'amour et d'amitié, mais "Un enfant" dépasse en qualité tous les autres thèmes. Mêlant poésie et réalisme aigu. Pierre Vassiliu réussi là un tour de force. La musique est somptueuse, toute en nuance et en crescendo. Et, les paroles on ne peut plus explicites et expressives: "Il a dix ans. Il est né de parents méchants. Elle se dit sa mère. Lui qui se dit son père. Il n'est que son amant. Un enfant sans maman n'est plus un enfant. C'est un grand. Il a dix ans. Et son père boit très souvent. Sa mère vit la nuit. Mais qu'est-ce qu'on fait la nuit. dans la rue saint Denis." Alors, à ce moment-là, le refrain pathétique, ponctué de solos de guitare, clôt le couplet avec cette phrase qui résonnera longtemps à nos oreilles: "Un enfant sans maman n'est plus un enfant". Pierre Vassiliu donne là, en abordant un sujet grave, un sérieux aperçu de son énorme talent. Il est loin le temps des chansons légères du type "Armand". Le chanteur rachète tout un passé de comique avec un seul titre! C'est une gageure mais, c'est une réalité! D'autres compositions planantes comme "Vous tout" (il y a des abris atomiques dans les landes. Malgré cela on n'ose à peine se dire vous. On est fous) ne manquent pas de charme ni de beauté. Il faut dire que CLaude Engel (guitare), Michel Bernholc et Raymond Donnez (claviers), Marc Bertheaux (basse) et Bernard Lubat (batterie/claviers) sont au diapason, donnant au 33 tours une harmonie de ton et une unité musicale inégalées. Le morceau "En réponse à votre lettre du 2/11/72" clôt le disque majestueusement. la pochette est à l'avenant, belle et étonnante. Le sérieux du recto détonnant avec le verso. Cet opus démontre à quel point Pierre Vassiliu a su se détourner des voies toutes tracées pour épouser les chemins de traverse. Alors que pour Noël sort le 33 tours 17cm "Les bleus de Blanche" et "l'Arrivée du Père Noël", un 45 tours offre le sublime "Marie en provence" qui dit tout sur son attachement pour son épouse, même si l'envers "Ne me laisse pas" semble indiquer que tout n'est pas rose dans le couple. Les sonorités sont aériennes et flirtent bon avec l'esprit californien qui l'anime. Avec le LP "Attends" Pierre Vassiliu entre dans la cour des grands! Il vient de réaliser là une fantastique réussite
qui va le poursuivre longtemps.
Mais ce pingouin n'a pas tout dit et Pierre Vassiliu retourne vite dans sa Provence retrouver femme et enfants. 1973 commence fort pour le chanteur. Il tourne dans le film de Claude Mulot "La saignée". Même si ce n'est qu'un rôle mineur, il y prend plaisir. Pierre a pour partenaires Bruno Pradal, Charles Southwood, Sidney Chaplin et Françoise prévost, entre autres. C'est un thriller violent qui révolutionne les formes et les modes du film noir, présenté par son auteur comme une fable politique. Un thème de réflexion sur les origines du fascisme. La musique est due à un vieux complice de Pierre Vassiliu: Eddy Vartan. Mais, si cette expérience l'a intéressé, il se sent loin de l'univers du cinéma et retourne vite à la chanson,
accompagné se ses fidèles musiciens.
Dans le courant de l'année, il sort l'entraînant "J'ai trouvé un journal dans le hall de l'aéroport" qui sonne bien à la manière de Crosby, Stlls & Nash tout en flirtant avec la musique brésilienne. Au verso: "Viens chanter"est cosigné par Claude Engel. Le disque connait le succès et est souvent programmé à la radio. Son style plait parce qu'il est gai! Pierre Vassiliu s'éclate avec ses amis, il ne s'en est jamais cache. Ce qu'il veut faire, avant tout, c'est de la bonne Pop Music. Il compose de nouvelles chansons en vue de son spectacle à venir. A la fin de l'année, paraît un 45 tours couplant deux beaux morceaux existentiels: " Qui c'est celui-là?" et "Film". dans le premier, emprunté au Brésilien Chico Buarque (Partido Alto), Pierre s'amuse à ironiser sur le système, les gens et lui-même avec son petit ventre rond qui plaît aux femmes...tout en prenant son Pastis avec le chef de gare!Une phrase en dit long toutefois dans la chanson: "Mais ça emmerde les gens quand on vit pas comme eux". On peut être différent, certes, mais il est parfois difficile d'assumer cette différence pleinement. Pierre Vassiliu a néanmoins trouvé sa fusée interplanétaire pour atteindre les sommets des hit-parades. "Qui c'est celui-là," est massivement matraqué sur les ondes, associant, dans l'esprit de certains, l'artiste à un faiseur de "tubes". Ce qu'il n'est pas! Comme d'ailleurs la suite de sa carrière le montrera. La face B "Film" avec sa belle et lancinante mélodie répétitive aux effluves réalistes, séduit également d'emblée. Pierre vient de produire là sonn meilleur disque entouré des inséparables
Bernard Lubat, Claude Engel et Marc Bertheaux.
En février 1974, il monte le spectacle "Pour voir" au théâtre Cyrano à Paris. C'est un triomphe qui démontre les talents incontestables du batteur Bernard Lubat qui s'affirme comme un misicien hors pair. De même que pour le guitariste hyper doué (aux sonorités Jazzy) Claude Engel. Pour sa prestation, Pierre Vassiliu a dressé une table, genre buffet froid où les musiciens viennent se ravitailler. De la salle, j'observe émerveillé ce vrai et beau concert qui s'anime sous mes yeux. Il reprend quelques-uns de ses vieux succès seul à la guitare comme "Ma cousine", "Alice" ou "Mon cousin". Il y a du beau monde pour l'applaudir dont Georges Moustaki au premier rang avec sa fille. Pour le dernier titre, je me retrouve sur scène en compagnie d'autres personnes invitées par Pierre, à interpréter le refrain détonnant de "Film":"Cherche encore une fille qui voudrait bien de moi ce soir unn quart d'heure". Les trois groupes formés pour ce morceau, chantent en canon. Juste en face de moi, il y a Eddy Mitchell et Anne Vassiliu qui partagent le même micro. Nous sommes sur une autre planète ce soir-là au Cyrano. Durant l'entracte, j'ai l'occasion de discuter avec Pierre Vassiliu. Ce ne sera pas la dernière. Suite à mes questions, il m'apprends qu'il y a longtemps qu'il rêvait de faire ce genre de répertoire mais que son ancienne maison de disque, Decca, s'y opposait... Il lui a fallu attendre puis agir dans l'ombre avant de s'exposer au soleil. Pour l'heure, cette soirée marque un tournant. Il a su s'entourer d'excellents musiciens et l'osmose est bien réelle. En avril, sort un nouvel album, "Qui c'est celui-là?" qui confirme le succès du spectacle du Cyrano. La pochette est très réussie avec un Pierre Vassiliu rêveur regardant les étoiles. Il est devenu un pingouin et le chante. "Je suis un pingouin". Ce disque a le mérite de recenser les simples précédents. Outre ce tube, il offre un autre inédit de choix, "Le pied", véritable hymne à la paresse sur un tempo bien enlevé. Ces dux titres sont d'ailleurs commercialisés un peu plusb tard en simple. Sue ce, l'ami Pierre et son groupe de pingouins, mâles et femelles, continuent les tournées.
En juin 1974, dans le cadre de la foire-exposition de Picardie à Amiens, "Salut les copains" et "Mademoiselle âge tendre" présentent, en collaboration avec le Courrier Picard, une série de concerts sous chapiteau géant. Le programme, alléchant, est le suivant: samedi 8 juin: Carlos, le 10 juin: Nicolettea, mercredi 12: Alain Chamfort, Pierre Vassiliu passe le jeudi 13 tandis que Gérard Lenorman et Michel Delpech se produisent les deux jours suivants. Une belle affiche. Juste avant l'été, Pierre invite Patrick Beauvalet (batterie), Olivier Bloch-Lainé (basse), Nico Bunink et Claude Engel à le rejoindre dans sa maison du Lubéron afin d'enregistrer ce qui va devenir le slow langoureux et torride de l'été aux paroles osées... "En vadrouille à Montpellier". Construite sur un rythme lancinant, la chanson parle de flirt dans une boite de nuit. La face A: "Il était tard ce samedi soir" plus enjouée, basée également sur une mélodie répétitive, balance mieux. On y apprend que tarzan n'est pas né au Congo mais au Tyrol... Pierre Vassiliu s'amuse avec le mythe. On sent que les musiciens s'en donnent à cœur joie. Ce morceau, qui dure 5'40 (tout comme l'autre), finit en une longue jam instrumentale qui donne la part belle à la guitare de Claude Engel. En novembre, Pierre Vassiliu et sa troupe se produisent à l'Olympia dans le cadre du spectacle "Au travers". Au total, 25 personnes sont sur scène, dont Bernard Lubat, le Claude Engel groupe, Gilbert Montagné et Dick Annegarn. Malgré la qualité du show, l'accueil du public est mitigé. Peut-être le concert est-il trop long, la prestation du chanteur trop diffuse au milieu de tout ce monde. Et la salle de l'Olympia, si belle soit-elle, n'est pas le théâtre du Cyrano, mieux adapté à ce genre de spectacle qui se veut intime, malgré tout., ce passage à l'Olympia est une belle expérience. Il s'en explique en quelques mots: "Les gens qui m'aiment bien verront au travers de moi et, s'ils m'aiment, ils aimeront le reste! Et puis, au travers, c'est la continuité logique de Pour Voir."
Que dire de mieux en cette fin '74? Pierre Vassiliu, chanteur atypique, tire sa révérence en beauté, après une année bien chargée. C'est un art. Mais, n'est pas pingouin qui veut.
Qu'on se le dise!
Après '74, c'est encore de nouvelles aventures, dignes de Pierre Vassiliu, qui l'attendent; qui nous attendent!...
(Dominique Martin De La Cruz/JukeBox Magazine 202)

img011

08:01 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

18/11/2009

Juke-Box "spécial Vassiliu" époque 1

Première page des articles consacrés à la vie et la carrière de Pierre Vassiliu dans "Juke-box magazine" dont la totalité du contenu a été publié sur ce blog voici quelques semaines.

jbm1

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2009

Attends-moi - Pierre Vassiliu

07:30 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2009

Quand ma femme s'épile...

07:15 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

15/11/2009

La vie ça va - Pierre Vassiliu

08:30 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (1) |  Facebook |

14/11/2009

Pierre Vassiliu à Bobino - coupure de presse

Parfois, les documents que je retrouve sont anciens, mal scannés,...vraiment désolé! Parfois aussi non datés ( '99?) et dont la source m'est inconnue. Alors, juste pour le souvenir et le ...déplaisir des yeux!

699603794_L

08:45 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

13/11/2009

Les grillons - Pierre Vassiliu

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2009

"Charlotte" Pierre Vassiliu

"Charlotte", emprunté sur DalyMotion mais sans réel visuel

07:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2009

Coupure de presse "Vassiliu" Sud Ouest

Article de presse datant de 2003 - "Sud Ouest" (Hérault) pour la sortie du double album "Pierre Précieuses"

m-vass_sud_ouest_a

09:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

10/11/2009

"Que Linda" en "live

Enregistrement "live" d'un concert de Pierre Vassiliu. Au "Festival du bout du monde" en 2008. Merci à Franck Rozé pour la vidéo...et son talent aux claviers!



08:00 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2009

Moustache

La devise du plus tendre, du plus cool des moustachus...se la couler douce!
Et puis, il y a tous les autres! des affreux, des gentils, des célèbres, des rigolos...

07:00 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2009

Véronique samson, Julien Clerc et Pierre Vassiliu

Cette photo date, je crois, de 1972. Véronique Samson, Julien Clerc et Pierre Vassiliu sont en tournée commune et se retrouvent dans la maison de Pierre, en provence. Bernard Leloup, grand photographe pour SLC prend quelques photos de ce repas champêtre. A noter qu'à cette époque, Pierre Vassiliu va enregistrer "Marie en Provence"...avec Véronique Samson dans les choeurs (très reconnaissable).

88fe_12

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2009

Le vent souffle où il veut et quand il veut

Une des plus belle chanson d'amour de Pierre

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Amour | Commentaires (0) |  Facebook |

06/11/2009

Vassiliu: Extrait de presse 2003

m-VASS__17_juin_2003

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2009

Silence

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Afrique | Commentaires (0) |  Facebook |

04/11/2009

La femme du Sergent

"La femme du sergent" a été censuré à l'époque (1960) de la guerre d'Algérie...

img011

Y avait la femme d'un militaire
qui faisait collection d'képis
Y avait des blancs, des rouges, des verts,
c'en était de biens beaux bibis
C'est la femme du sergent
qui pour gagner beaucoup d'argent
Levait la jambe à tour de bras
quand son mari n'était pas là
Lui dépensait sa solde à boire
faut dire que c'était son métier
Aussi le soir fallait le voir
parler d' l ' Indo et d' la Corée
J'étais dans les rizières
j'avais deux hommes à moi
L'un tenant la bannière
l'autre me tenant moi
Pour recevoir ses p'tits amis
elle cachait tous ses képis
mettait une robe de chambre kaki
et se couchait en chien d'fusil
C'est la femme du sergent
qui pour gagner beaucoup d'argent
Levait la jambe à tour de bras
quand son mari n'était pas là
Lui dépensait sa solde à boire
faut dire que c'était son métier
Aussi le soir fallait le voir
parler d' l ' Indo et d' la Corée
J'étais dans les rizières
j'avais trois femmes à moi
On n' faisait pas d'manière
une fois j'te vois ou j'te vois pas
Elle répétait les mots d'amour
que son mari lui avait appris
c'est pour ça qu'elle disait toujours
"feu à volonté toute la nuit"
C'est la femme du sergent
qui pour gagner beaucoup d'argent
Levait la jambe à tour de bras
quand son mari n'était pas là
Lui dépensait sa solde à boire
faut dire que c'était son métier
Aussi le soir fallait le voir
parler d' l ' Indo et d' la Corée
J'étais dans les rizières
j'avais cent hommes à moi
Le flingue en bandoulière
on s'cachait dans les bois
Un soir d'ivresse elle mourut
sous un petit vieillard maniaque
Un général plutôt fourbu
lui tomba d'ssus de son hamac
C'est la femme du sergent
qui pour gagner beaucoup d'argent
Levait la jambe à tour de bras
quand son mari n'était pas là
Lui dépensait sa solde à boire
faut dire que c'était son métier
Aussi le soir fallait le voir
parler d' l ' Indo et d' la Corée
J'étais dans les rizières
j'avais mille cons à moi
on marchait à la bière
c'était dur croyez-moi !

07:15 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

03/11/2009

Monsieur Bébert

Profitant de la chanson "Monsieur bébert", rendons hommage au cinéma Français, aux grandes gueules de gangsters et autres tontons flingueurs...

07:30 Écrit par Saï-Saï dans Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

02/11/2009

Quand ma femme s'épile...

07:45 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2009

A qui la faute? (Pierre Vassiliu)

Photos-clip d'enfants d'Afrique
sur la chanson "A qui la faute?"
de Pierre Vassiliu, évidemment!

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Afrique | Commentaires (0) |  Facebook |