21/08/2014

Désolé...

Comme il est désolant qu'il nous ait quitté.

pierre 100.jpg
Sa voix de velours accompagnait à merveille son insolence. Il n'était plus guère à la mode, hélas, peut-être parce que la conjugaison de l'ouverture aux autres et de la gauloiserie déconcertait. Mais c'est précisément cette alliance qui le distinguait des conformistes. Avec cela cette tendresse, un esprit libertaire sans ostentation, cette façon de jamais ne se prendre au sérieux. 
Plusieurs époques chez le chanteur, comme chez un peintre: une révolte contre les guerres de décolonisation, la douceur des années 68-74, un amour de l'Afrique, enfin l'évocation des enfants.
Résumé qui mériterait bien des nuances, mais on ne veut pas lasser. Simplement stimuler la découverte, au-delà de quelques succès, de chansons douces et considérables.
ContribMediapart

11:38 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.