18/04/2017

COMME PEDRO!

Thomas Pitiot chante Vassiliu et ensoleille le Printival

PRINTIVAL-THEATRE-12-04-2017-@david-desreumaux-4645.jpg
Certains concerts on les attend plus que d’autres. Surtout quand on a longtemps et beaucoup aimé Vassiliu et que l’on apprécie Thomas Pitiot et son chemin artistique. Parfois d’une trop grande attente peut découler une déception. Ce n’était pas le cas mercredi soir.
Thomas Pitiot a démarré par Le cadeau et c’en est vraiment un qu’il nous a fait. Pitiot en grande forme et en grande formation nous a proposé un hommage joyeux et musical. Huit sur scène avec une qualité encore plus grande que la quantité, un véritable orchestre comme Vassiliu à un certain moment : section cuivre avec saxophones et trompette, batterie et percussions, guitare, basse, aux claviers le fidèle d’entre les fidèles Michel Kanuty et au chœur et au chant Florence Naprix à la belle voix et au bel habit coloré. Il dit et on ressent que Thomas Pitiot a beaucoup écouté les chansons de Pierre Vassiliu. Facile de voir des similitudes entre ces deux artistes : un lien particulier avec le Sénégal, l’Afrique et sa musique, une façon personnelle et libre de vivre le métier de chanteur, une volonté de « casser » / franchir les frontières et le goût pour les concerts ensoleillés avec grands orchestres et musiciens talentueux.
Beaucoup de facettes sont montrées : le Vassiliu tendre d’Amour amitié et de Dans ma maison d’amour, l’amoureux de l’Afrique pour Banjul, Tout Couleur, le voyageur de Roulé Boulé : » Je suis l’homme qui marche pour l’échange / Je visite les terres pour y trouver des frères », le faiseur d’un tube, Qui c’est celui là, le révolté et anti-système (pour le coup, un vrai) avec Dangereux, le comique et coquin des débuts de Ma Cousine et Mon Cousin, le festif mais lucide de La vie ça va, qui clôt le rappel.
Un spectacle créé au printemps 2015 qui aurait mérité de tourner plus même si l’époque n’est plus aux groupes importants en nombre sur scène. Un spectacle qui donne envie d’écouter à nouveau Pierre Vassiliu.
Photo David Desreumaux/hexagone.me

09:09 Écrit par Saï-Saï dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.