26/10/2009

"Il était tard ce samedi soir..."

06:45 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

20/10/2009

Chanson de Noël...version Vassiliu!

Au petit conservatoire de Mireille

07:01 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2009

Le coureur Cycliste (Pierre Vassiliu)

12:01 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2009

"Armand" c'était un pauv' gars...au petit conservatoire de Mireille

07:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2009

Caricature de Pierre Vassiliu

La caricature de Pierre Vassiliu est empruntée à
François Delabruyère, exceptionnel caricaturiste dont je vous conseille, vraiment, de visiter le site...en cliquant sur le dessin

vassiliu

07:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (1) |  Facebook |

20/09/2009

Mon cousin (Pierre Vassiliu)

Bon ! Bé vous v'nez d'faire connaissance avec ma cousine, voici la 2° version, la musique est la même, mais le texte est bien pire...
Voici : mon cousin

Connaissez-vous mon cousin ?
Celui qui est natif d'Anzin
Paraît qu'il est bête comme ses pieds
Mais qu'est-ce qu'il fait bien les pompons !
Il est peut-être un peu flemmard
Mais c'est un drôle de zigomar.
Avec un engin pareil
Il faut avoir un appareil
Qui ne fonctionne qu'à la vapeur
A raison de dix nœuds à l'heure.
J'vous dirais bien où il habite
Il pourrait vous montrer sa boîte
Mais il n'y a plus grand chose dedans
Depuis son dernier accident.
C'est un beau jour à l'usine
Qu'il a perdu ses p'tites cousines
En se baissant pour un réglage
Elles sont parties dans l'engrenage.
J'm'en souviens il a dit "Ouille !"
Où est passée ma paire de gants ?
Puis il a cherché dans ses fouilles
Y avait plus rien évidemment.
Et depuis ce jour maudit
Ou du moins à ce qu'on m'a dit
Paraît qu'il fabrique des accus
Et qu'il les charge avec son cousin.
N'importe quel boulot il s'en fiche
Pourvu qu'il en ait plein les mains
Pompiste ou bien haltérophile
Tout ce qu'il veut c'est qu'on l'engage.
Faut aussi que vous sachiez
Qu'à ce propos il m'a fait peur
Le jour où dans le vestibule
Il a voulu que je l'entende.
Moi qui suis pour la paix des races
Cette fois j'étais bien coincé
Il a donc fallu que j'y passe
D'ailleurs on a recommencé.
Mais ce n'était pas par vice
Dans le fond c'était pour l'aider
J'ai voulu lui rendre service
Car on n'est jamais trop aidé.
Maintenant j'en suis convaincu
D'ailleurs ça rime avec mon cœur
Une fois ses préjugés vaincus
On ne connaît plus son bonheur.

cousin

14:45 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

Ma cousine (Pierre Vassiliu)

Connaissez-vous ma cousine
Celle qu'a les yeux en trou d'pipe
Et qui l'jour de ses vingt ans
A voulu me faire son amant
Voilà comment ça s'est passé
Excusez-moi si c'est osé
On s'est allongés sur le lit
On a parlé soleil et pluie
Jusqu'à c'qu'elle me fasse remarquer
Qu'on n'était pas là pour s'bercer
Alors je l'ai déshabillée
Et m'attardant sur ses nénés
Elle me dit t'es plein d'audace
Pendant qu'j'lui r'tirais ses godasses
Puis quand elle fut dévêtue
Et que je vis le trou d'son nez
Sincèrement j'aurais pas cru
Qu'on puisse être aussi négligé
Elle n'avait rien de folichon
Si vous aviez vu ses nylons
On aurait juré des chiffons
Elle était sale enfin passons
Puis je me suis déshabillé
J'étais tout nu à ses côtés
Me voyant là comme un idiot
Elle a compris qu'j'étais pudique
Alors elle a pris l'command'ment
Viens là mon rat viens là mon grand
Je vais te faire tout plein d'chatouilles
Sur les joues le nez et les coudes
Tu vas y prendre un tel plaisir
Que dans deux s'condes tu vas jouer
Assieds-toi là au frais d'la caisse
Et met ton doigt entre mes pieds
Aussitôt moi je m'exécute
Comme elle me l'avait demandé
Et voyez-vous cette sacrée puce
Est arrivée à m'faire banquer
Après ça j'ai repris la route
Je ne sentais plus ma binette
Quelle nuit mon dieu j'ai du passer
Quand je me suis fait députer
Si vous la connaissiez un brin
Vous sauriez qu'elle fait le tapin
Ne la prenez jamais en grippe
Sinon elle ne me f'rait plus d'bien

cousine

08:15 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (2) |  Facebook |

19/09/2009

le choix dans la date

Un soir où j'étais un peu speed
J'entrais dans une boite presque vide
Où trois danseuses sur une étoile
Étaient à genoux
Comme elles n'avaient pas de tutu
J'arrêtais pas d'mater leur corps
Et ce spectacle sans tarder
Me fit penser
Qu'ce genre de filles c'est pas mon trip
Mais quand l'une d'elle vint m'faire une bise
Je m'dis ça baigne
Une heure après, rue Pelissais,
Alors qu'j'étais en train d'attendre
Elle vint dare-dare
Et prit mon bras
En passant dans la rue d'Courcelles
Elle me dit je n'suis plus pudique
Depuis qu' j'ai laissé au village
Mon pull'over
Je lui dis, pour la mettre à l'aise
Tu sais pourvu que je te plaise
Toi tu m'branches bien
Mais v'la mon bus
J' voudrais qu' tu m'suives
Une fois chez moi dans mon deux-pièces
Ma main s'égara dans ses cheveux
C'était l'bon plan
Mais j'la trouvais un peu palotte
En lui r'tirant sa p'tite fourrure
Afin qu'elle puisse
M'ouvrir ses bras
Mais elle me lança tout à coup
Alors qu' j'allais tirer l' verrou
C'est mille balles qu'il faut me filer
Pour m'embrasser
Bonjour la paye et l'escalope
Je déchantais d'vant cette salade
Pourtant j'évitais une dispute
Avec cette folle
Mais j'voulais pas m'avouer vaincu
Pour une sordide histoire de fric
Et je lui dis
Maintenant que tu sais où j'habite
Passe quand tu veux m'serrer la main
Je te laisse le choix dans la date

582_prostituee2 copier

14:31 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2009

La femme du Sergent (Pierre Vassiliu)

23:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

Et ta soeur (Pierre Vassiliu)

Depuis qu'mon père est maire
Ma mère s'est fait la paire
Elle est sœur au couvent des Saints-Pères
Amen
Mais ce n'est qu'éphémère
Malgré ce qu'ait fait père
Elle espère qu'après sœur elle sera mère
Amen
'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
C'est mon parrain il est marrant
On ne se voit qu'une fois par an
Et pendant qu'elle espère
Ma sœur Ise vit au pair
Chez mon frère qu'est masseur à Mamers
Amen
Et mon frère Pierre se terre dans les sapeurs de Pierres
Il est fier d'être sans peur
Car ça s'perd
Amen
'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
C'est mon parrain il est marrant
On ne se voit qu'une fois par an
C'est mon père qu'est amer
Car mon frère étameur
Et ma sœur celle qu'est tailleur
A Hyères, à Hyères
Amen
Sont partis pour Cythère
En emportant l setter
Et l'hamster qui sautait sur l'setter
Amen
'Reusement pour moi j'ai un parent qui est marin
C'est mon parrain il est marrant
On ne se voit qu'une fois par an
Ce jour-là, ma belle-mère
A perdu sa belle paire de lunettes
Avec de gros verres verts
Amen
Et quand elle persévère
Elle perd son air sévère
Il s'avère qu'elle est malade en mer
Amen
k copier

07:31 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2009

Le bestiaire (clip photo) Pierre Vassiliu

07:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2009

"Âge tendre et tête de bois" live Pierre vassiliu


07:30 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2009

Devinette

Mais qui c'est ces deux-là?

3

20:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2009

Il était tard ce samedi soir (Pierre Vassiliu)

Il était tard ce samedi soir
Tarzan garait la Jaguar sur l'côté du trottoir
Puis il entra dans la hutt' un' gazell' sur l'apaule
Six heurs moins cinq, y'a encore personne
jane rentra d'Compiègne
Et étala sur la terre battue
Son manteau, sa voilette et un' douzaine d'escargots
Des p'tits gris comme Tarzan aime tant
Chita cett' conn' de guenon
Fouillait dans l'sac de Jane
Ell' sortit un' glac', prit le rouge à olèvre et l'mangea
Le ciel se fit tout à coup menaçant

Les pumas piaillaient dans les bett'raves
Tout' la faune et la flor' couraient dans la brousse en feu
Tarzan prix Jan' dans ses bras et lui dit: "C'est la fin Jan'"
Puis il la regarda longuement
Des larm's perlaient au coin des paupières
Un léger rictus se lisait sur son visage blême

Puis, il s'approchat de Jan'

Il lui mit deux tart's dans la gueule

On a souvent dit que Tarzan était né au Congo
Mais en fait, non, il est né au Tyrol...
Et la première fois que j'lai vu
Il portait des culottes et des bottes de moto
Un chapeau vert avec un'plume
Il poussait déjà son cri redoutable et vengeur
Et rauque
Ouh!

Tarzan

14:30 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

02/09/2009

Alain-Aline

Il s'appelait Alain
Elle s'appelait Aline
Il était son copain
Elle était sa copine
Lui, natif d'Anzin
Elle, elle était d'Anzine
Il aimait le bon vin
Elle aimait l'escalope
Ouf, ouf, patapouf
Etron, feignasse, boudin
Tire-larigot tsoin-tsoin
Levés de bon matin
Quand sonnaient les matines
Elle allait au turbin
Et lui à sa turbine
C'était un homme de main
Qui travaillait la mine
Un enfant de Denain
Qu'était pas né d'hier
Elle vendait du colin
Là-haut, sur la colline
Des filets de dauphin
Cachés dans sa Dauphine
Lui quittait Saint-Quentin
Pour gagner sa cantine
Elle mangeait deux fois rin
Et c'était pas beaucoup
Comme il était câlin
Et qu'elle était câline
Ils avaient chaud aux mains
Le soir, à la chaumine
Elle aimait bien Chopin
Lui, c'était la chopine
Il l'appelait Lapin
Elle, lui plaisait bien
Laï, laï
Allons, de l'entrain, de l'entrain
Laï, laï...

3165127Bidochon02 copier

06:00 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

31/08/2009

Armand (Pierre Vassiliu)

Ce pauvre gosse naquit dans la misère
Aussitôt on lui demanda
S'il voulait vivre avec sa mère
Puisqu'il n'avait plus de papa

C'était un pauvre gars
Qui s'appelait Armand
Y avait pas de papa
Y avait pas de maman

Son père disparut à treize ans
Un soir dans la cour de l'école
Alors qu'il jouait gentiment
A la balle et à pigeon vole

Sa mère fût mordue subitement
Un soir qu'elle jouait dans la neige
Avec un tout petit serpent
Qu'elle avait pris pour une asperge.

La seule fille qui en fut amoureuse
Ne savait que garder ses moutons
Elle lui refila la fièvre aphteuse
Et c'est lui qui garda ses boutons

Mais un jour pendant la tétée
Trouvant la nounou un peu plate
Il lui souffla dans les nénés
Jusqu'à ce que la nounou éclate

dyn010_original_850_539_jpeg_2671319_99a62f4c085096e7d042bbd730bc115e

19:45 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2009

Charlotte (Pierre Vassiliu)

Quand j'habitais dans la Creuse
Les gosses les gueuses venaient chez moi
On y trouvait des vareuses
Des assiettes creuses et du lilas
Je vends des nouilles à la sauvette
Les jours de fête dans le métro
Je vends des culottes des castagnettes
Des salopettes des sacs à dos
Je peux pas dormir sans qu'on cogne
Et sans vergogne à mon chez moi

Toc toc toc qui qu'est là
Qui qui frappe à ma porte
Est-ce toi la Charlotte
Est-ce toi ma bien aimée
Oui c'est moi la Charlotte
Je viens chercher ma culotte
On profite beau culottier
Fait pas chaud dans ton quartier

Je vis dans une douce inquiétude
Je fais des études sur le nougat
Je lui dis de tirer la chevillette
Mais la pauvrette s'y prend les doigts
Se les sélectionne dans la poignure
A la jointure hurle à la mort
Disant que chez moi y'a des sorcières
Qui par derrière lui jette des ressorts
L'est pas possible cette dragonne
Ah la pauvre bête je la fous dehors
Toc toc toc qui qu'est là
Qui qui frappe à ma porte
Que personne ne bouge
C'est peut-être le chaperon rouge
Non c'est moi la Charlotte
Je viens chercher ma culotte
Je sais qu'elle est dans la caisse
Qu'est sûrement entre tes pieds

Je voudrais regarder dans ma caisse
Oui mais drôlesse c'est fatiguant
Et comme j'ai des varices
Des rhumatismes c'est imprudent
Vas voir chez la petite Yvette
Dans la casquette elle est petite main
Tu trouveras bien une liquette
Un peu coquette qui t'ira bien
Dans mon labeur je suis à la bourre
Et puis en amour je suis incertain

Toc toc toc qui qu'est là
Qui qui frappe à ma porte
Ce n'est pas la Charlotte
Mais René son bien aimé
Assieds-toi ma cocotte
Tu m'as l'air un peu pâlotte
Entre vite mon beau René
Nous avons à tricoter
Et cric crac je suis chez moi
Et personne n'a droit d'entrer
Allez vous faire rhabiller
Car mon camarade est là

Toc toc toc qui qu'est là...

dyn008_original_850_850_jpeg_2671319_e1630b5be00a5a10518313130836f871

16:30 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (1) |  Facebook |

26/08/2009

Les grillons (Pierre Vassiliu)

Qui c'est qui fait crou-crou ? C'est le croucrou
Qui c'est qui fait miaou ? C'est le matou
Qui c'est qui file des gnons ? C'est le maton
Qui c'est qui fait pleurer ? C'est les oignons
Qui c'est qui sait quoi faire ? C'est le coiffeur
Qui c'est qui fait glou-glou ? C'est le chômeur
Qui c'est qui fait masseur ? C'est mon tonton
Mais qui qui fait cri-cri ? C'est le gri-gri, c'est le grillon

Ah! Mais non ! Ah ! Mais non !
C'est pas les grillons
C'est pas les grillons
Ah ! Mais non ! Mais non !
Ceux qui font les cri-cri
Les critiques, vrai de vrai
C'est bien les Fran-fran, c'est bien les Français

Qui c'est qui fait aïe aïe ? C'est le cobaye
Qui c'est qui fait bye bye ? C'est le travail
Qui c'est qui fait cro-onde ? C'est la fourmi
Qui c'est qui fait cui-cui ? C'est Jean-Marie
Qui c'est qui fait tam-tam ? C'est Mamadou
Qui c'est qui fait ramdam ? C'est Papazou
Qui c'est qui fait couscous ? C'est Ben Mouton
Mais qui qui fait cri-cri ? C'est le gri-gri, c'est le grillon

Qui c'est qui fait cot-cot ? Le cotcotier
Qui c'est qui fait doudou ? Le doudouyer
Qui c'est qui fait qu'papa il est fada ?
C'est le soleil et la vodka
Qui c'est qui file la pêche ? C'est le pêché
Dieu à droite ou à gauche est dépassé
C'est vraiment entre nous qu' ça doit s' passer
Sinon ils nous bouff'ront
Comme se font bouffer les grillons

Ceux qui ont la patate et le rouge vrai de vrai
C'est bien les Fran-fran, c'est bien les français

grillons

12:03 Écrit par Saï-Saï dans Drôle | Commentaires (0) |  Facebook |