25/10/2017

Vassiliu inspire encore...

Très joli et sympa!

(clic sur dessin pour le lien)

10403773_abstrait-les-chansons-de-p-vassiliu-73x54cm.jpg

11:18 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2017

HOMMAGE

Hommage à Pierre Vassiliu, par Olivier Martinelli

concert vassiliu 1.jpg

L’écrivain sétois Olivier Martinelli rend hommage à Pierre Vassiliu trois ans après la dispartition du chanteur. L’interprète inoubliable du célèbre titre « Qui c’est celui-là ? » est décédé le 17 août 2014, à l’âge de 76 ans. L’artiste, qui vivait dans un établissement médical de Sète, après avoir vécu à Mèze (Hérault) durant quinze ans, était atteint de la maladie de Parkinson depuis de nombreuses années. « Qu’est-ce qu’il fait ? Qu’est ce qu’il a ? Qui c’est celui-là ? Complètement toqué ce mec là… ». C’est l’adaptation d’une chanson du Brésilien Chico Buarque qui le rend célèbre en 1973. Avec 300 000 disques vendus en quatre mois…
Depuis longtemps, je nourrissais le projet d’écrire une biographie de Pierre Vassiliu. Je devinais une vie riche, foisonnante et créative. Je devinais les virages artistiques, humains, géographiques. Je devinais l’euphorie goguenarde provoquée par les succès inattendus et la frustration, parfois, d’être aimé pour de mauvaises raisons. Mais je ne voulais pas d’une biographie classique, chronologique. Je voulais que le morceau « Film » en soit l’épicentre, que toute sa vie soit passée au crible de cette chanson.
Parce que « Film » est une chanson-monde. Poussé par une musique agressive et entêtante, son texte primitif, débité comme on parle fait tout passer, le cynisme, la cruauté, la solitude et la mélancolie pour s’achever par une sublime déclaration d’amour sous forme de rédemption.
Mon projet prenait forme, peu à peu. Je croisais souvent la silhouette de Pierre dans ma ville, au détour d’une ruelle. Il ne me connaissait pas. Je n’osais pas l’aborder. Auteur de quelques romans aux succès confidentiels – « aux échecs confidentiels » devrais-je dire – qui étais-je pour prétendre me hisser à la hauteur du monument.
Un jour je me suis décidé. Je lui ai transmis la nouvelle que vous vous apprêtez à lire. Il m’a dit au téléphone que mon projet lui semblait intéressant. Il était déjà trop tard. Sa voix tremblait à l’autre bout. Il me recontacterait quand il irait mieux. Il n’alla pas mieux. La maladie avait trop entamé ses défenses. La vie est faite de rendez-vous manqués. Le 17 aout 2014, Pierre Vassiliu décida d’interrompre son dernier été. Alors que je ne connaissais que sa silhouette et ses chansons, une grande tristesse s’empara de moi.
Ce texte est l’embryon de cette biographie que je projetais d’écrire. Une version courte était déjà parue dans la presse à sa mort. En voici le texte complet.
Film
« Putain, je suis nase. Je suis rouillé. Cinq minutes pour me déplacer d’une pièce à l’autre en m’agrippant au bras de ma douce, en m’accrochant à des chaises, parfois. J’arrive plus à bouger. J’ai soixante-quatorze ans. L’impression de porter soixante-quatorze kilos sur le dos. Ça me cloue au sol. Je suis pénard sur la terrasse. Je regarde les bateaux défiler en respirant l’odeur de la mer qui monte du canal.
C’est pas trépidant, je sais. Mais ça peut suffire à remplir une vie. En tout cas, ça remplit la mienne, à présent… Le bout de vie qu’il me reste. À une époque, je ne me serais pas contenté de ce décor. Il m’aurait fallu des néons blafards, de la vitesse, une voiture puissante, des odeurs de fuel, des filles, de l’alcool et du sexe… Ou alors, j’aurais échangé tout ça contre le parfum de l’Afrique… Le ciel sans entrave, la vie au ralenti… Enfin pas tout quand même. J’aurais gardé les filles et l’alcool.
Bon, aujourd’hui, avec ce que je trimballe, j’apprécie moins les turbulences. J’ai des occupations plus douces, plus méditatives. J’observe les minutes qui passent. Je les observe tellement fort que parfois, j’ai l’impression de les voir se matérialiser devant mes yeux… Et puis l’obscurité se fait. Quelqu’un m’aide à rentrer. Et les souvenirs de ma jeunesse m’aident à franchir la nuit.
Ma douce m’a parlé plusieurs fois de ce jeune gars, ce chanteur. Je ne me souviens pas bien. Mais je crois qu’il veut me rendre hommage. Il veut que je monte sur scène encore une fois… Que je quitte ma retraite… Comment c’est son nom, déjà ? Arnaud Fleurent Quelque Chose… Y a pas plus long, non ? Pas assez malin pour prendre un pseudo… Un truc qui claque. Par contre, il a bon goût le petit gars. Il veut reprendre « Film », ma meilleure chanson. Je ne sais plus grand-chose à mon âge. Mais ça je le sais.
Elle a pas fait un gros succès. À l’époque, les gens lui ont préféré « Qui c’est celui-là ? ». Les gens sont cons. Ils préfèrent rester à la surface des choses. Et Film creusait trop profond, je crois.
La tête d’affiche, ce soir, c’est Katerine…
Au début, j’ai refusé la proposition. Je ne tenais pas à affronter un public encore une fois. Je ne voulais pas exposer ma maladie aux yeux du monde… Mon corps ralenti et hors contrôle. Une sorte de décence, davantage que de la coquetterie. Et puis, on ne se refait pas. Je suis un peu cabot. Je n’ai jamais refusé un tour de piste. Et celui-ci, ce sera peut-être le dernier.
Le trajet est court. C’est l’avantage. Et le concert a lieu chez moi. Le Théâtre de la Mer, c’est la plus belle salle de France… Les étoiles au-dessus de la tête et la mer dans le dos. Des fois, pendant le tour de chant, vous avez des chalutiers qui passent derrière vous ou des cargos gigantesques qui brillent de mille lueurs. Le seul problème, c’est les goélands. J’ai jamais pu blairer les oiseaux. C’est con, c’est moche et ça fait du boucan. J’ai jamais pu blairer les gens qui aiment les oiseaux non plus. Mais ça c’est une autre histoire…
La tête d’affiche, ce soir, c’est Katerine… Un bon spectacle pour enfants à ce qu’on m’a dit. Un type qui a écrit des chansons à une époque. Aujourd’hui, il n’écrit plus que des slogans. Je n’attendrai pas. J’ai plus l’âge. On passe en première partie avec Arnaud Fleurent Truc…
Putain, j’ai la tremblote. Ça ne s’arrêtera jamais cette histoire. J’arrive même plus à tourner les pages. Il faut quelqu’un pour le faire à ma place. C’est l’ironie du sort. Moi, Pierre Vassiliu, le champion de l’indépendance, jamais besoin de personne… être obligé de me faire tourner les pages pour lire mes propres textes. Parce que ma mémoire aussi a la tremblote.
Alors, je suis là, sur le côté de la scène. Pantalon blanc, chemise blanche, chapeau blanc. Il parait qu’on ne voit que moi. C’est le rappel pour Arnaud Machin Chose. Et c’est mon moment. On me tient par le bras. Je marche à petits pas. La mécanique fonctionne plus très bien et je vois les regards des gens au premier rang. Je saisis tout parce que j’ai l’œil et que ma cervelle est toujours en état de marche. Il est pas cuit, le vieux. Il est là, debout, après toutes ces années, dans son habit de lumière. Son nom, Pierre Vassiliu. C’est dingue comme le blanc, ça renvoie bien la lumière.
Les petits jeunes qui sont venus pour Katerine ne me connaissent pas, c’est sûr. Remarque, si ça se trouve, les autres non plus, ils se souviennent plus de moi. Ça fait des années que je n’ai pas eu un tube au TOP 50. Ça existe toujours le TOP 50 ? Je sais plus. Arnaud a saisi sa guitare. Il a attaqué le riff. Putain, ça, ça me parle. Un riff comme ça, ça s’oublie pas. Ça aussi, ça peut remplir une vie entière. Le batteur suit bien. Son rythme est en train de me rentrer dans la tête. Les goélands, du coup, ça les a calmés tout net. Ils ont arrêté de survoler le théâtre… Ou alors, c’est par respect pour moi, pour mes vieilles artères.
Je commence à lire les paroles. J’ai du mal. Je suis un peu à côté. Ça m’enrage. Mais y a ce rythme, y a ce riff. Y a la présence d’Arnaud qui vient là tout près comme pour me protéger. Et je commence à y être… à me sentir bien dans la chanson. Comme si je l’avais déjà chantée des centaines de fois. Qu’est ce que je raconte ? Bien-sûr que je l’ai chantée des centaines de fois… des milliers peut-être si je faisais le compte. Ces notes, ce texte, ils résonnent en moi. Ils m’ont fabriqué d’une certaine manière. Et là, ça y est j’y suis.
Qu’est-ce qu’ils font tous ces gens debout dans les gradins ?
« Je cherche encore une fille qui voudrait bien de moi ce soir un quart d’heure. »
Cette phrase répétée dix fois, vingt fois, cent fois. Et je pourrais continuer comme ça pendant des heures parce qu’y a pas d’autre vérité en fait. Parce qu’on cherche tous cette fille qui voudrait bien de nous ce soir encore un quart d’heure.
Je suis bien calé maintenant. Je force un peu plus sur ma voix. J’ai l’impression de me retrouver dans le tambour d’une machine à laver. Ce morceau, c’est un tambour de machine à laver. Le riff tourne sans fin et rien ne peut l’arrêter. Et maintenant, c’est moi qui pousse le groupe. Je suis un roc. Je suis indestructible. Et… je cherche encore une fille qui voudrait bien de moi ce soir un quart d’heure.
Mais qu’est-ce qu’ils font tous ces gens debout dans les gradins ? C’est peut-être pour voir la mer que j’ai dans le dos qu’ils se lèvent tous… Peut-être pour les étoiles ou les goélands… Je ne vais pas pleurer. J’ai plus de larmes depuis que j’ai chopé cette saloperie. Non j’ai plus de larmes. Même si des fois, j’ai envie de me laisser aller.
Je me souviens du nom du jeune gars maintenant. Arnaud Fleurent-Didier. Un type qui restera, c’est sûr. Il va pas s’envoler au premier coup de vent. Parce que lui, il a des chansons. Puis finalement, il est pas mal son nom. Y en a pas beaucoup des noms aussi longs. Rien que pour ça, on va le retenir.
Je me sens mieux, tout à coup. Je ne tremble plus. Je baisse les yeux vers ma chemise. J’ai l’impression d’irradier. Oui, c’est dingue comme le blanc, ça renvoie bien la lumière. J’ai le cerveau qui va exploser. Non, il est pas cuit le vieux. Il est toujours là…
Prêt pour un nouveau round.
Olivier MARTINELLI
http://dis-leur.fr/chanson-lhommage-a-pierre-vassiliu-oli...

08:35 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

PUTAIN 3 ANS!

Pierre Vassiliu le chanteur de Gouvernes était un être rare, attachant

10647199_10203881160662061_7743088025848090984_n.jpg

"Qui c'est celui là ?" un tube d'un bien beau chanteur Pierre Vassiliu qui nous avait accordé notre première interview de personnalités le 22 septembre 1994. Un drôle d' artiste !
Il est définitivement parti « avec son petit ventre rond, ses moustaches et son grand nez de fouine » il y a juste 3 ans. Le souvenir demeure cependant.
Pierre Vassiliu manque au paysage artistique français et a tiré sa révérence avec la délicatesse qui était la sienne à 76 ans. Bien entendu connu pour son tube « Qui c’est celui-là ? », Pierre était un poète. Le vedettariat qui a été le sien n’a pas eu de prise sur celui qui a été un homme simple au contact immédiat.
C’est Pierre qui avait inauguré une longue série d’interviews de personnalités pour La Marne avant plusieurs centaines de rencontres. Pierre qui avait habité 10 ans Gouvernes (comme Patrick Dewaere) était venu chanter à Lagny. L’interview avait été déconcertante de facilité alors que je m’en faisais tout un monde. Le courant était passé de suite avec ce contact naturel qui favorisait les confidences. Pierre venait faire découvrir son album « La vie ça va ». Nous avions titré La vie ça va, la vie ça « Va…ssiliu » Il nous avait fait un joli petit mot avec plein de poésie pour remercier. Touchant.
» On a besoin de gens qui s’amusent, qui déconnent. On a l’impression parfois que l’on aime vivre dans le morose »
Je lui avais posé la question sur la lignée des grands comme Brassens, Bobby Lapointe… qui s’éteint doucement et s’il se sentait l’âme de celui qui ravivera la flamme. La réponse était venue après avoir levé son verre
« J’aimerais bien mais je ne le sens pas. Je pense que je me suis trouvé une petite place. J’étais un peu à part mais en même temps je ne représente que moi. La musique est l’un des seuls véhicules avec lequel on puisse se rencontrer »
Nous avions rigolé sur le mot véhicule car Pierre venait de se faire retirer (temporairement) son permis de conduire.
Nous avions aussi évoqué son village de Gouvernes près de Lagny
» C’était un endroit qui vivait avec des bons copains comme Jean Yanne, Reggiani, Jacques Martin…où l’on refaisait le monde jusqu’à l’aube. J’aimais me balader sur Chanteloup, Bussy car il y avait une belle campagne. »
Pierre Vassiliu était un homme rare (souvent oublié dans les médias mais il ne courait pas non plus après). Un être sensible, d’une grande beauté intérieure avec une décontraction naturelle sur scène et en dehors.
Je ne le remercierai jamais assez de cette interview à Lagny, la grande première d’une très longue série. Sa gentillesse et sa franchise pour aller au-delà des évidences m’a certainement permis de partir en quête de rencontres inoubliables et magiques. Pierre a été le déclencheur.
Si vous ne connaissez pas bien cet artiste haut de gamme, écoutez juste une chanson « Dans ma maison d’amour » Un bijou de finesse. Avec Yves Duteil, Pierre était l’un de rares chanteurs connus de notre 77 Nord.
https://actu.fr/ile-de-france/gouvernes_77209/disparition...

08:32 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

19/08/2016

1964...

Petit article de magazine datant de 1964

$_57.JPG

07:39 Écrit par Saï-Saï dans Général, photo, Texte | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2016

Au magasin d'antiquités...

Carte postale d'époque...

$_57.JPG

 

05:51 Écrit par Saï-Saï dans Général, photo | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2016

Dédicace époque "Decca"...

Dédicace...

734_001.jpg

07:40 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2016

Longue interview de 1988

2 juillet 1988 France Culture "Opus Pierre Vassiliu"

(clic sur photo)

Pierre-Vassiliu-520x245.jpg

08:50 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2016

"Pour le plaisir"

Christian Daniel reçoit Pierre Vassiliu

(clic sur photo)

3.jpg

21:09 Écrit par Saï-Saï dans Général, Tv | Commentaires (0) |  Facebook |

Délires de Vassiliu

"Les délires de Pierre Vassiliu" documentaire complet de 1976

(clic sur photo)

Sans titre 1.jpg

21:03 Écrit par Saï-Saï dans Général, Tv | Commentaires (0) |  Facebook |

Reportage exceptionnel sur Pierre

Portrait 1999 par Jacques Pessis - France 5

(clic sur photo)

img031.jpg

12:06 Écrit par Saï-Saï dans Général, Tv | Commentaires (0) |  Facebook |

26/10/2015

Souvenirs...Apt

 

12017428_10207310249582013_6638665140340140695_o.jpg

05:29 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2015

On a besoin de vous!

La tournée "Thomas Pitiot chante Vassiliu" réclame d'autres dates. En France, en Belgique, en Suisse,... Regardez cette vidéo (clic sur photo) et vous comprendrez qu'on peut tous s'y mettre, chacun ses relations, ses filons pour que vive ce superbe hommage à Pierre. www.thomaspitiot.net

Sans titre 1.jpg

17:26 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Chanson, Général, Musique | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2015

Coupures de presse

Le Midi Libre du 16 juillet 2015

vassiliu midi libre 16 juillet 2015.jpg

pierre vassiliu midi libre 16 juillet 2015.jpg

lena papa.JPG

10:28 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2015

1984...

billet_de_concert_pierre_vassiliu_l27_eldorado_1984.jpg

08:25 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

17/08/2015

17 AOÜT 2015... UN AN QUE PEDRO PARLE AUX ANGES...

17- copier.jpg

19:06 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2015

Inauguration ce 16 juillet 2015 à Mèze

11752003_10152886181715899_2645916145857814525_n.jpg

pierre vassiliu

20:13 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Général | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2015

Croqueur de Pierre...

Nouveau dessin de Pierre réalisé par Patrick Flohic
http://www.leportraitiste.com/index.php?

Pierre_Vassiliu__portrait_fusain_par_philippe_Flohic_010715.jpg

 

18:03 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2015

Carte postale...

Dessin sympa de Pierre
Carte postale avec dessin de Philippe Flohic
site: http://www.lacartepostale.fr/produit/carte-postale-format-10-cm-x-15-cm-pierre-vassiliu/

carte postale.jpg

06:39 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2015

Dessin de Topolino

TOPO-VASSILIU.jpg

17:07 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2015

Merci pour... le cadeau!

Joli cadeau pour les gens qui ont un goût exquis et aiment donc Pedro!
Pour tous ceux qui n'ont pu se procurer la publication du Francofan N°52 (http://www.francofans.fr)

Sam nous l'offre!
Nous avons eu sa permission de reproduction de la double page consacrée à Pierre Vassiliu
Merci à Sam Olivier, Céline Pibre pour les illustration, Léna Vassiliu pour la photo de son Papa.

francofans52-Vassiliu1 copier.jpg

francofans52-Vassiliu2 copier.jpg

17:53 Écrit par Saï-Saï dans Actualité, Général, photo, Texte | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2015

Vivement dimanche 2007

Spécial Michel Delpech sur le plateau de Michel Drucker. Grands potes, Delpech a invité Pierre...

Pierre-Vassiliu-sur-le-plateau-de-Vivement-Dimanche-en-2007.jpg

17:15 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

Olympia 1964

Olympia de Paris. Durant trois semaines (du 16 janvier au 4 février 1964), à raison d'un, deux ou trois shows quotidiens, soit 41 apparitions en tout.
L'affiche est imposante et donne tout son sens au mot « Music-hall ». Daniel Janin et son orchestre, les Hoganas, Pierre Vassiliu, Larry Griswold, Roger Comte, Gilles Miller et Arnold Archer, acrobates, jongleurs, humoristes, chanteurs se succèdent sur la scène avant la deuxième partie du spectacle avec les trois têtes d'affiche au fronton du Boulevard des Capucines : Trini Lopez, Sylvie Vartan et les Beatles, passant à chaque fois en dernier. C'est l'époque où Pierre Vassiliu chante, en première partie, ses premiers succès tels "Armand" et "ma cousine"...

olympia.jpg

17:01 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

27/04/2015

Article de Libé 2004

Qui c'était celui-là ?
(Juillet 2004)

pierre vassiliu

Pierre Vassiliu, 66 ans, chanteur. Écume sans amertume les salles des fêtes de sous-préfectures après avoir couru le monde grâce aux rentes d'un hit 70's.
C'est la star de son village. Sur le port de plaisance : «Salut Pierre ! Ton bateau, tu le vends combien ?» A la terrasse du restau : «La forme, Pierre ? Je te mets la table du fond pour être tranquille ?» Lui : «C'est vrai, ici, les gens m'aiment bien. Ils sont contents quand ils me voient à la télé.» Avec son passé de champion du Top 50 banni des grandes scènes, Vassiliu aurait pu devenir aigri et triste. Dans sa belle demeure méditerranéenne, on rencontre un type drôle, imperméable à toute nostalgie. Ce soir, le chanteur prend l'avion pour Paris. Il passe sur Liberty TV, confidentielle chaîne du câble spécialisée dans la vente de voyages et les locations de villas. «C'est ma femme qui m'a poussé à accepter. Pour faire un peu de promo sur mon nouveau disque et aussi en profiter pour essayer de louer notre maison. Tous les deux, on veut retourner en Afrique.»
Installé depuis quatre ans à Mèze, village de conchyliculteurs au nord de l'étang de Thau, près de Sète (Hérault), Pierre Vassiliu a la bougeotte. A 66 ans, le voilà prêt à nouveau à tout quitter, direction le Burkina Faso. Mais avant, il a une tournée à achever. Avec des dates à Montbéron, Montréjeau, Villefranche-de-Rouergue et Cambieure. Bien sûr, ce n'est pas les Vieilles Charrues à Carhaix ni les Francofolies à La Rochelle. Financée par la Dépêche du Midi, cette tournée de seize concerts offre entrée gratuite et feu d'artifice à tout le monde. Lui n'en n'a pas honte : «Ça me fait plaisir qu'ils aient pensé à moi. C'est une tournée sur laquelle j'étais il y a vingt ans, je trouve ça sympa de renouer avec elle.»
Un has been, Vassiliu ? «Je serais prêt à gifler un mec qui dirait ça, menace Gérard Lanvin, vieux pote du chanteur à l'époque où l'acteur vendait des chaussures rue des Canettes à Paris. Les has been sont ces cons qui participent à des émissions de merde à la télé. Sortis du Loft, ils sont déjà out. Alors que Pierre, c'est un artiste magique, de la grande race des amoureux de la liberté.» Moins lyrique, mais tout aussi bon copain, Laurent Petitgirard, chef d'orchestre et président de la Sacem : «Pierre Vassiliu est l'exact contraire de ces artistes qu'on fabrique en deux mois à la télé. C'est un noble artisan du métier de la chanson, il possède le travail patient du luthier. Avec son tube Qui c'est celui-là ?, il a eu un grand coup de bol. Mais, même si sur un plan médiatique il n'a plus vécu une telle heure de gloire, il ne peut pas en être frustré, puisqu'il n'a jamais cherché à se placer dans cette catégorie.»
Paris, 1973. Un petit bonhomme à la grosse moustache et au nom étrange, pilier des clubs de la rive gauche, adapte en français Partido Alto, une samba du Brésilien Chico Buarque. Il en fait un hymne fantaisiste aux différences : «Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ? Complètement toqué, ce mec-là...» La France s'enflamme. N° 1 au hit-parade pendant six semaines, 300 000 disques vendus en quatre mois. Pierre Vassiliu, les mêmes moustaches de Cosaque mais en plus grises, déguste son plateau de douze huîtres et rigole. «J'ai vécu une quinzaine d'années avec le fric de cette chanson.»
N'ayant jamais cherché la gloire, l'ex-star de l'Olympia sait se contenter d'un public fidèle qui remplit à chaque fois des salles de 400 places. Même s'il regrette parfois que «les radios oublient un peu trop de passer [ses] chansons», il se fiche éperdument de n'être plus qu'un nom évoquant vaguement quelque chose. D'autant plus que sa vie est une telle compilation d'histoires délirantes et rocambolesques que leur seule évocation suffit à donner du bonheur à chacune de ses journées. Surtout lorsqu'elles sont racontées dans la maison aux couleurs marocaines qu'il habite au bord de l'étang, sous l'oeil de Laura, son amoureuse depuis un quart de siècle.
Né en banlieue parisienne dans une famille bohème bourgeoise de l'entre-deux-guerres (père médecin immigré roumain, mère très musicienne), il se retrouve à 16 ans dans la rue, forcé de gagner sa vie en donnant des leçons d'équitation à de grands noms du music-hall : Jean-Marc Thibaut, Roger Pierre, Darry Cowl sont ses élèves. A 18 ans, il est envoyé en Algérie, obligé de photographier les cadavres de résistants algériens pour la propagande française. Il écrit une chanson antimilitariste, la Demande de permission, l'enregistre et la fait passer sur le haut-parleur d'un camion de sa caserne. Déféré devant le conseil de guerre, il écope de trois mois de cachot. De retour à Paris, il écume avec sa guitare toutes les boîtes de la rive gauche. Après le succès surprise de Qui c'est celui-là ?, Vassiliu quitte la capitale et se réfugie dans le Lubéron. Il y rencontre une ex-Miss monde hollandaise... mais mariée. Avec la complicité d'un copain pilote, il s'envole vers la villa de sa bien-aimée, atterrit au fond de son jardin et l'enlève. Fuite au Maroc, puis nomadisme en Afrique à bord d'un vieux camping-car. Dans les années 80, on le retrouve à Dakar, patron d'un club de jazz dans le quartier des ministères. Grand trip herbes, gourous et messes vaudou. Sa femme : «On est vraiment allés très loin, ç'aurait pu tourner mal.» Retour en France, sans un radis. Coluche, très grand seigneur, permet aux tourtereaux de planter leur tente derrière l'immense villa qu'il habitait en face du parc Montsouris à Paris. «Il nous a même prêté une de ses bagnoles américaines. Mais elle coûtait une fortune en essence ! Alors on la garait pas loin et on prenait le métro.» Un autre jour, il est à Cuba, où il dîne à la table de Fidel. «On était huit à table, dont Georges Marchais et sa femme, et Castro n'arrêtait pas de se foutre de la gueule de Liliane, c'était poilant !»
Et maintenant ? Après avoir touché à une multitude de genres musicaux, de la musique tsigane au jazz New Orleans, du maloya réunionnais au son cubain, Vassiliu ne manque pas une occasion d'assurer la promotion de chanteurs estampillés world music. Un Peter Gabriel du terroir. Ce qui lui permet, à l'occasion de festivals, de se retrouver sur scène avec les plus grands : Femi Kuti, Ray Barretto, Mory Kanté, Compay Segundo, Susheela Raman, Lokua Kanza...
Il y a quatorze ans, avec une bande de copains, il fonde à Mèze un festival de musiques du monde dont il est toujours le parrain. L'endroit lui plaît tellement qu'il finit par s'y installer. Laura ramène un peu d'argent en vendant des sculptures. Lui continue à écrire des chansons, qu'il
enregistre parfois, lorsqu'un mécène apporte quelques dizaines de milliers d'euros. Son dernier disque, Pierre précieuses (sic), a ainsi vu le jour grâce à l'argent d'une entreprise de produits ésotériques. «J'ai dit à ma femme et à mes enfants : "Cette fois-ci, c'est bon. Si ce disque ne marche pas, je m'installe en Afrique et je n'en reviens plus !"» Personne ne l'a cru.
Pierre Daum/Libé
http://www.liberation.fr/portrait/2004/07/27/qui-c-etait-celui-la_487592

12:33 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2015

Document exceptionnel sur Pierre

(clic sur photo)

dyn002_original_750_520_jpeg_2671319_10055813ce42eb3746b93fbdda46dfcd copier.jpg

07:05 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

11/03/2015

Connaissez-vous mon fusain?

Dessin de Philippe Flohic
http://www.leportraitiste.com/index.php?post/Pierre-Vassiliu%2C-au-fusain-040315

Pierre_Vassiliu__portrait_fusain_par_philippe_Flohic_040315.jpg

21:21 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2015

Vassiliu par Alain Gardinier

gardinier copier.jpg

07:38 Écrit par Saï-Saï dans Général, photo, Texte | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2015

La vie ça va!

photo copier.jpg

21:46 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

25/12/2014

Photos

Petit cadeau de Noël: photos d'archives de Christian Fournier

ss_france_012.jpg

ss_france_147.jpg

ss_france_144.jpg

21:55 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2014

Pierre...si précieux

Précieux Vassiliu

vassiliu cherhal.jpg


Vassiliu. Nous l'avions reçu à Randan (Puy-de-Dôme), dans ce salon des livres qui plaît tant aux chanteurs parce qu'il est délicieusement campagnard (La Chanson des livres). Accompagné par sa tendre épouse, Laura, Pierre Vassiliu y avait dédicacé son autobiographie, «Qui c'est celui-là?» (Éditions n°1). Ça n'était pas la grande forme déjà, mais quelle vivacité d'esprit! Et quelles retrouvailles avec son pote Ricet Barrier!… J'avais profité de passer un peu de temps avec lui (quand, avec Ricet, ils n'étaient, vieux séducteurs malicieux, pendus aux bras de Jeanne Cherhal), pour l'interroger sur ses dix chansons préférées, celles qu'il aurait aimé écrire. Dans l'instant, il avait énuméré Que reste-t-il de nos amours?, L'Orage, Les Feuilles mortes, La Javanaise, Voisin voisine, Et si en plus y a personne, La Bohème, Comme à Ostende et La Femme chocolat.
- Ça fait neuf, lui avais-je dit.
- Oui, alors j'ajoute Amour, amitié. Ça n'est pas par prétention, mais je l'adore! J'aimerais bien la réécrire, quoi!, répondit-il dans un sourire.
Dans le bouquin «Le Top 100 des chansons que l'on devrait tous connaître par cœur» (éditions Carpentier) pour lequel j'avais sollicité de la sorte 275 paroliers et/ou compositeurs, on s'aperçoit que s'il était oublié des gazettes, et depuis belle lurette, Vassiliu ne l'était pas de ses consœurs et confrères puisqu'une, Amour, amitié en l'occurrence, figure dans le Top 100 des chansons préférées des chanteurs francophones. Mais l'on oubliera pas non plus Je t'attends, Pharaon, Film, Dans ma maison d'amour ou J'ai trouvé un journal dans le hall de l'aéroport. Ces pierres précieuses.
(Baptiste Vignol/mais qu'est-ce qu'on nous chante/delafenetredenhaut)

16:26 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2014

Baune, atelier du cloître

vassiliu Baune atelier du cloitre.jpg

17:28 Écrit par Saï-Saï dans Général | Commentaires (0) |  Facebook |